People : Mick Jagger, châtelain en Touraine depuis 40 ans

Publié le 23 Juillet 2022

Mick Jagger est l'heureux propriétaire d'un château en Touraine, à Pocé, depuis 40 ans.  Ce samedi 23 juillet, il sera en concert avec les Rolling Stones à Paris, pour la tournée européenne "Sixty Tour", qui célèbre leurs 60 ans de scène. 

La photo date de 1988. C'est la seule fois où le Rolling Stones Mick Jagger a accepté la présence de journalistes ( ceux de la NR et c'était à son invitation) dans son château de Fourchette, son hâvre de paix de Pocé-sur-Cisse. © Photo archives NR, Gérard Proust.

La photo date de 1988. C'est la seule fois où le Rolling Stones Mick Jagger a accepté la présence de journalistes ( ceux de la NR et c'était à son invitation) dans son château de Fourchette, son hâvre de paix de Pocé-sur-Cisse. © Photo archives NR, Gérard Proust.

Ce samedi soir, les Rolling Stones jouent à guichets fermés à l’hippodrome de Longchamp, à Paris. C'est l’une des dernières dates de leur tournée européenne « Sixty Tour » qui célèbre les 60 années de scène du plus grand groupe de rock’n roll du monde, 1962-2022.

Mardi dernier, les Stones enflammaient le Groupama Stadium de Lyon. Entre ces deux shows géants, Mick Jagger fera peut-être un petit passage par son château de Fourchette à Pocé-sur-Cisse, qu’il possède depuis quarante ans. Le leader des Stones a acheté cette ancienne propriété du Duc de Choiseul en 1980, pour 2,2 millions de francs de l’époque, avant de l’habiter deux ans plus tard. A l'époque Mick Jagger partageait sa vie avec le mannequin Jerry Hall, qui aimait beaucoup venir à Pocé-sur-Cisse.

Pendant le dernier confinement, Mick Jagger avait posté cette photo sur son compte instagram, prise dans son salon, au château de Fourchette. © Photo DR, Instagram mickjagger

Pendant le dernier confinement, Mick Jagger avait posté cette photo sur son compte instagram, prise dans son salon, au château de Fourchette. © Photo DR, Instagram mickjagger

Entre Mick Jagger et la Touraine, c’est une love story qui dure depuis quarante ans 

Plusieurs fois par an, depuis, Mick Jagger séjourne dans cette belle bâtisse de tuffeau du XVIIIe siècle, située route de Limeray à Pocé, nichée au cœur d’un parc de 24 hectares préservé des regards curieux. Dans sa propriété, ceinte de hauts murs et d’épaisses haies, Mick Jagger mène une vie de châtelain paisible, entouré des siens ou d’amis. 

Londres, New York, Los Angeles, Paris, les Caraïbes et...Pocé-sur-Cisse !

La star possède aussi des appartements à Paris (VIIe), New York et Los Angeles, ainsi qu’une grande villa sur l’île Moustique dans les Caraïbes et un hôtel particulier à Londres. Mais il a toujours eu un faible, dit-on, pour Fourchette. La légende dit que le petit Michael Philip Jagger rêvait déjà d'avoir un château en Touraine, enfant,  quand il passait ses vacances à Amboise, au camping de l’île d’Or, avec ses parents.  

Cette ancienne propriété du Duc de Choiseul, ministre de Louis XV, avec son parc de 24 hectares, a coûté 2,2 millions de francs de l'époque au Rolling Stones, au début des années 80. Depuis il aurait investi environ 3 millions d'euros dans le château et le parc. © Photo archives NR

Cette ancienne propriété du Duc de Choiseul, ministre de Louis XV, avec son parc de 24 hectares, a coûté 2,2 millions de francs de l'époque au Rolling Stones, au début des années 80. Depuis il aurait investi environ 3 millions d'euros dans le château et le parc. © Photo archives NR

Adossé au coteau, le château de Fourchette est au cœur d’un parc de 24 hectares doté de jardins à la française, d’un étang, d’une grande piscine, de courts de tennis, d’une pagode japonaise. La chapelle a été transformée en studio d’enregistrement. Les Stones y ont d'ailleurs enregistré un album "A Bigger Bang" en 2005. Pour entretenir et rénover la propriété et le château de douze pièces, Mick Jagger aurait investi plus de trois millions d’euros depuis qu’il habite ici. De quoi faire le bonheur des artisans du secteur, qui se plient en quatre pour satisfaire aux désirs du maître des lieux. Car celui dont la fortune personnelle est estimée à plus de 250 millions d’euros a beau payer rubis sur l’ongle, il exige que le travail soit bien fait et dans les temps.

Pendant le confinement, Mick Jagger s'était amusé à faire un petit clip dans lequel on le voyait jardinier, bricoler, garder ses moutons et lire La Nouvelle République. © Photo DR

Pendant le confinement, Mick Jagger s'était amusé à faire un petit clip dans lequel on le voyait jardinier, bricoler, garder ses moutons et lire La Nouvelle République. © Photo DR

Confiné à Pocé, Mick Jagger bricolait, jardinait,  lisait la NR...

Au printemps 2020, c’est à Fourchette que Mick Jagger passa une grande partie du premier confinement, avec sa compagne et son dernier fils, Devereaux, âgé de 4 ans. Une vie recluse que Mick Jagger mit à profit pour enregistrer à distance avec les autres Stones une chanson « Living in a ghost town » (Vivant dans une ville fantôme). Mick Jagger qui est devenu maître en l’art du selfie depuis quelques années, se plia même à quelques facéties filmées, pour les besoins de l’émission américaine de Jimmy Fallon, The Tonight Show, où on a pu le découvrir occupé à bêcher son jardin, à tailler des légumes dans sa cuisine, à bricoler un volet, à courir derrière ses moutons et aussi, à lire son quotidien préféré… La Nouvelle République ! 

« Chaque 26 juillet, pour son anniversaire, il tirait un grand feu d'artifice du château  »

Mick Jagger a gardé des habitudes, à la pâtisserie Bigot, au pied du château d’Amboise, au Shaker, le bar à cocktails face à la Loire. On l'aperçoit parfois, au gré de ses escapades, comme ce jour où il a fêté son anniversaire par une balade fluviale avec des amis sur le Cher, sous les arches de Chenonceau. Jadis, le seigneur de Fourchette faisait tirer un grand feu d’artifice depuis son château, le 26 juillet, date de son anniversaire. Les Pocéens profitaient du spectacle à la nuit tombée. Mais la semaine prochaine, Mick Jagger sera sur scène, en Allemagne, pour ses 79 ans. 

Le vieux lion du rock n’a pas fini de rugir.

Interviewer Mick Jagger  ? Même pas en rêve !

Pas un seul journaliste n'a pu interviewer Mick Jagger chez lui dans son refuge tourangeau. Ni même ailleurs  en Touraine. Ceux qui ont tenté ont vite compris que le " Seigneur de Fourchette" tenait à sa tranquillité quand il séjournait ici,  et qu'il entendait bien vivre en paix comme Monsieur Tout le Monde, ou presque, loin des projecteurs et des caméras.

"Allo la NR, c'est Mick Jagger, vous pouvez venir à Pocé  cet après-midi ?" 

Sauf une fois, en 1988, où Mick Jagger "convoqua" les journalistes de la Nouvelle République en son château. Il voulait dénoncer un soi-disant projet d'une autoroute qui devait défigurer la campagne environnante.

Jagger me tape sur l'épaule : "Vous cherchez quelqu'un, Monsieur ?" 

Et pour l'auteur de ces lignes - fan des Rolling Stones - les rencontres avec Mick Jagger furent assez...fugaces, quoique intenses. 

La première fois, il me surprit alors que j'essayais d'apercevoir quelque mouvement au château, à travers les haies de charmes qui entourent le domaine. Occupé à écarter les branches, je ne l'entendis pas arriver dans mon dos, dans sa tenue de cycliste.  Jagger me tapa sur l'épaule : "  Vous cherchez quelqu'un, Monsieur ?  " Je bafouillais quelque chose du style " Euh... Je suis journaliste à la NR et j'aimerais bien être invité à votre anniversaire au château ce soir..." Mick Jagger esquissa un sourire avant de lâcher froidement, la lippe grave : " Vous savez, vous êtes nouveau ici, mais les gens savent qu'il faut me laisser tranquille. C'est comme ça que ça marche avec moi..."

Je devais rencontrer Mick Jagger deux ou trois fois par la suite. Il accepta même de faire une photo un jour où je le croisais presque par hasard sur une terrasse du château d'Amboise ( un ami m'avait prévenu qu'une surprise m'attendait sur la tour nord...) Nous avions parlé de patrimoine, de la Loire, de vins de vouvray,... Jusqu'à ce qu'il remette le visage de ce jeune journaliste ( à l'époque) et qu'il me salue avant de filer à l'anglaise, d'un pas léger...

La photo date de 2003. Prise depuis le château d'Amboise. Un rêve de fan exaucé... Mais la discussion aurait pu durer si je ne lui avais pas glissé à un moment que j'étais journaliste... © Photo DR, collection perso PL

La photo date de 2003. Prise depuis le château d'Amboise. Un rêve de fan exaucé... Mais la discussion aurait pu durer si je ne lui avais pas glissé à un moment que j'étais journaliste... © Photo DR, collection perso PL

Rédigé par La Nouvelle République par Pascal Landre Journaliste, rédaction de Tours

Publié dans #Articles de presse

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article