Van Halen et The Rolling Stones : Quand deux générations de légendes du Rock s'affrontent sur scène !

Publié le 29 Octobre 2021

Van Halen était déjà un mastodonte du Hard Rock lorsqu’il a entamé sa tournée Fair Warning au milieu de l’année 1981, et il a conclu cette tournée à guichets fermés par deux dates en première partie de The Rolling Stones.

 © TDC Photography, Shutterstock.com / Northfoto, Shutterstock.com

© TDC Photography, Shutterstock.com / Northfoto, Shutterstock.com

Le grand final était prévu pour le 24 octobre 1981 à l’Orlando Stadium. Les plus de 60 000 places ont été vendues en quelques heures, ce qui a entraîné l’ajout d’un deuxième concert le lendemain (qui a affiché complet dans le même laps de temps).

Cet événement, baptisé Rock Super Bowl XII, était le dernier d’une série de concerts Rock organisés au stade d’Orlando depuis 1977, avec des groupes tels que Fleetwood Mac, Bob Seger, Eagles, Aerosmith, Heart et des dizaines d’autres.

Le début des hostilités

L’Orlando Stadium a ouvert ses portes à 9 h et le Henry Paul Band a donné le coup d’envoi du concert de jour à 11 h. Les fans ont rapidement envahi le lieu pour voir deux générations de la royauté du Rock ‘N’ Roll conquérir la même scène. The Rolling Stones surfait sur le succès de son album Tattoo You, qui a donné naissance au tube Start Me Up et a été salué par la critique comme un retour en grande forme.

Entre-temps, Fair Warning est devenu le troisième album consécutif de Van Halen à figurer dans le Top 10 et était en voie d’être certifié platine. La tournée qui a suivi a vu le quatuor de Pasadena remplir des arènes et des stades à travers l’Amérique du Nord.

The Rolling Stones a acquis le statut de vétéran en 1981, mais Mick Jagger, âgé de 38 ans, possédait toujours le même magnétisme animal que dans sa jeunesse et pouvait tenir tête au lascif David Lee Roth, plus jeune d’une décennie.

Les foules étaient jeunes, très jeunes en Floride”, a déclaré Mick Jagger au New York Times. “Les premiers rangs à Orlando étaient remplis de ces jeunes filles de 12 ou 13 ans, dont certaines faisaient des suggestions des plus inappropriées.”

David Lee Roth & la presse

Selon le site setlist.fm, Van Halen a rempli son set tronqué d’une heure de tubes énergiques comme Ain’t Talkin’ Bout Love, Everybody Wants Some!! et You Really Got Me, ainsi que de nouvelles chansons de Fair Warning comme Sinner’s Swing! et Hear About It Later. (Curieusement, Van Halen n’a pas joué Unchained, qui est sorti en single en Europe et au Japon et est devenu l’une des chansons les plus jouées de son histoire).

Mac Cancribbe, collaborateur de Rock File, a assisté au concert du 25 octobre et se souvient que David Lee Roth a taquiné les journalistes présents. “Savez-vous quelle est la première chose que le critique du journal avec la coupe de cheveux à la Elvis Costello va écrire sur ce concert dans le journal de demain ? À quel point Van Halen a merdé !” aurait-il dit. “Et vous savez quelle est la deuxième chose qu’ils vont écrire ? À quel point le public était merdique !

Après un tonnerre d’applaudissements, David Lee Roth a crié : “Celle-ci est pour la presse !” et s’est approché de la tribune de presse alors que le groupe se lançait dans So This Is Love?.

Le choc entre Van Halen et The Rolling Stones

C’était un groupe beaucoup plus expérimenté et confiant que celui qui avait fait la première partie de The Rolling Stones en juillet 1978 au Louisiana Superdome de la Nouvelle-Orléans. Le premier album éponyme de Van Halen était devenu disque d’or moins de deux mois auparavant, et le groupe était sidéré à la simple vue des membres de The Rolling Stones.

Je n’arrivais pas à y croire lorsque Mick Jagger est entré sur scène alors que nous faisions les balances au Superdome. Ma mâchoire a touché le sol”, se souvient le bassiste Michael Anthony dans le livre Van Halen Rising. Leur excitation s’est peut-être un peu estompée lorsque Mick Jagger a jeté un coup d’œil au dispositif ressemblant à une bombe qui abritait les effets de guitare d’Eddie Van Halen et a déclaré : “Nous n’en aurons pas besoin sur scène”.

Trois ans et des millions de ventes d’albums plus tard, Van Halen était un groupe qui attirait autant de fans que The Rolling Stones (si ce n’est plus), et il a fait ses preuves sur la scène de l’Orlando Stadium. Les concerts ont été un succès retentissant, comme en témoigne une photo en noir et blanc prise par Richard Aaron le 24 octobre, qui montre le groupe en train de se prélasser sous l’adulation de 60 000 fans. Van Halen utilisera plus tard cette photo pour la quatrième de couverture de son album Diver Down, sorti en avril 1982.

En dehors de la scène, les concerts de l’Orlando Stadium ont été un peu plus compliqués pour certains membres de l’équipe de Van Halen. Pendant l’un des concerts, Michael Anthony a eu des problèmes avec sa basse préférée et son technicien, Kevin “Dugie” Dugan, s’est précipité dans les coulisses pour aller chercher un jeu de cordes dans une boîte de rangement. Dans sa hâte, Dugie a hurlé au promoteur du concert, Bill Graham, de s’écarter de son chemin et, sans le savoir, a fait tomber Mick Jagger au sol.

Des années plus tard, Mick Jagger s’est vengé de Dugie lorsqu’ils se sont croisés à l’aéroport international de Los Angeles, ordonnant à son équipe de faire monter le bassiste à l’arrière de sa limousine. Après avoir échangé des civilités, Mick Jagger l’a menacé.

Tout à coup, son visage a changé, il s’est jeté sur moi, m’a attrapé par la chemise, m’a tiré vers lui et m’a dit : ‘Si tu me cherches encore, je te fais tuer'”, se souvient Dugie. Il était mort de peur jusqu’à ce que Mick Jagger se mette à rire et que la poignée de membres de l’équipe à l’extérieur de la limousine crient tous : “On t’a bien eu !”.

Il y a au moins une personne qui n’a pas été impressionnée par la performance de Van Halen au Orlando Stadium : Le guitariste de The Rolling Stones, Keith Richards. Lorsqu’on lui a demandé en 2020 s’il se souvenait de ces concerts, Keith Richards a déclaré au Los Angeles Times : “Je ne me souviens pas du tout de Van Halen à l’époque. J’ai apprécié le travail après et tout, mais je ne suis pas un soliste virtuose… Les joueurs de Rock, ils sont bons et ils ont tous leur petit truc. Mais ça n’a jamais été mon truc”.

Van Halen – Live (@Oakland Coliseum Stadium 1981) :
The Rolling Stones – Live (@Seattle 1981) :

Rédigé par MetalZone par HaniBaal

Publié dans #Articles de presse

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article