Les photos rock de Terry O'Neill

Publié le 11 Août 2013

Getty images

Getty images

Il n’est pas une star qui ne soit passée derrière son objectif. Maestro du flash, Terry O’Neill est aussi chanceux : il n’a que 21 ans et la vie devant lui lorsqu’en 1959, l’une de ces tentatives photographiques hasardeuses – un homme endormi à l’aéroport – est achetée par un reporter. Il faut dire que l’inconnu immortalisé n’était autre que le ministre de l’Intérieur britannique du gouvernement Macmillan.

Dans la foulée, le jeune photographe est embauché au quotidien The Daily Sketch. Le timing est parfait, les années 1960 vont accoucher du Swinging London et la jeune génération s’impose. Terry O’Neill les shoote tous, la barbe et la gloire naissantes : les Stones, les Beatles, les Who… C’est aussi celui qui décèlera en Elton John, jeune homme rondouillard, le futur géant de la pop.

En plein âge d’or de la presse magazine, Terry O’Neill devient l’un des photographes les plus convoités de son époque, au même titre que Bert Stern, Richard Avedon ou Irving Penn. L’Amérique ne tarde pas à réclamer le prodige. C’est là qu’O’Neill rencontre celle qui deviendra son épouse : Faye Dunaway. Portraitiste chouchou d’Hollywood, il fréquente et chérit les plus grands – Frank Sinatra, Ava Gardner, Sean Connery… – sans pour autant goûter à leurs excès. Gentlemen discret au flegme tout britannique, Terry O’Neill sait rester à sa place : il jouit de sa passion et de ses nombreuses amitiés mais préfère l’ombre de son objectif.

Au téléphone depuis Londres, Terry O’Neill a accepté de répondre aux questions de Vanityfair.fr. La voix souriante, il lâche, presque gêné : « J’ai eu une vie fantastique ». Si aujourd’hui, il n’a plus envie d’appuyer sur le déclencheur de son appareil, il accepte de bon cœur de dérouler la pellicule de ses souvenirs, avec la générosité et la loquacité qu’on reconnait à ceux qui ont eu une vie intense. « J’ai eu la chance de naître à la bonne époque et de pouvoir photographier toute la seconde moitié du 20e siècle. J’ai vécu les meilleurs moments qui puissent m’arriver. Un jour, j’ai décidé d’arrêter la photographie au moment où il n’y avait plus vraiment matière à être portraitiste, plus personne ne m’inspirait ».

A 75 ans, Terry O’Neill regrette l’absence d’engagements « révolutionnaires » dans le cinéma et la musique d’aujourd’hui. « Tout est très superficiel et encadré par les relations presse et les managers. On ne peut plus négocier sa liberté photographique ».

Entre deux déjeuners avec ses vieux compères britanniques Eric Clapton et Michael Caine, Terry O’Neill nous raconte l’histoire de ses légendes. Celles qu’il a contribué à rendre célèbres.

Terry O'Neill, le photographe britannique légendaire

Getty images

Getty images

Faye Dunaway - Mars 1977

"C’est certainement la plus célèbre de mes photos et peu connaissent son histoire. J’ai créé cette mise en scène de toutes pièces le lendemain de l’Oscar remportée par mon ex-femme Faye Dunaway pour son rôle dans Network (1976) de Sidney Lumet. Lassé des photographies figées des cérémonies des oscars, j’avais à cœur de scénariser ce tournant essentiel dans la carrière d’une actrice. Je voulais raconter une véritable histoire hollywoodienne et immortaliser ce moment. J’ai donc créé ce décor devant la piscine du Beverly Hills Hotel de Los Angeles à 6h30 du matin, en mars 1977, en éparpillant la presse aux pieds de Faye volontairement nonchalante et blasée, comme épuisée du succès. A ses côtés, l’Oscar en or massif ". 

Getty images

Getty images

Terry O'Neill et Faye Dunaway - janvier 1990

"Cette photo n’est pas particulièrement importante dans ma carrière. C’est une commande du New Yorker qui faisait un sujet sur le Beverly Hills Hotel et souhaitait que je reproduise le scénario de 1977".

Terry O'Neill Iconic images

Terry O'Neill Iconic images

Brigitte Bardot - 1971

"Même si chaque photo ravive en moi des souvenirs intenses, c’est celle que je préfère. C’est pourquoi je l’ai choisie pour illustrer ma rétrospective autobiographique".

Brigitte Bardot et son cigarillo
Getty images

Getty images

Jeanne Moreau - Beverly Hills, 1973 

"C’est la femme la plus insoumise que j'aie jamais rencontré. Elle parlait très fort et fumait énormément. Sur cette photo, avec son chapeau de cowboy, elle représente tout ce que sont les Françaises : libres, conscientes de leur beauté, de leur intelligence. Et sensuelles".

Terry O'Neill Iconic images/ Galerie de l'Instant

Terry O'Neill Iconic images/ Galerie de l'Instant

Les Rolling Stones - Hanover Square 1964

"Quand j’ai commencé à les photographier à leurs débuts en 1964, j’étais à des années-lumières de me douter qu’ils deviendraient aussi mythiques dans l’histoire du rock. Les groupes de jeunes rockeurs foisonnaient durant ce tournant des années 1960 qu’on a appelé le Swinging London et le schéma était plutôt simple : comme j’étais le seul jeune photographe du moment dans un paysage vieillissant, tous les managers faisaient appel à moi pour immortaliser leurs groupes. Les attachés de presse n’existaient pas, c’était très simple : un coup de fil et je faisais une séance ! J’ai pris des millions de photos des Beatles, des Stones, de Led Zeppelin puis des Who. Je n’aurais pas pensé que ces groupes dureraient et j’ai perdu énormément de négatifs. J’avais vraiment à cœur de montrer l’ambivalence d’un groupe de rock, entre fraternité et inimitiés. Contrairement à ce qu’on pourrait penser, les Stones n’étaient pas des rigolos, ils travaillaient durs, l’âme du blues les rendaient très sérieux, ils avaient des réflexions existentielles. A l’inverse, les Beatles étaient très drôles et s’amusaient beaucoup… C’est donc assez injuste qu’on ait toujours associé les Rolling Stones aux bad boys consommant des drogues et les Beatles aux gentils garçons bien élevés, alors qu’ils en faisaient autant…"

Terry O'Neill Iconic images/ Galerie de l'Instant

Terry O'Neill Iconic images/ Galerie de l'Instant

Keith Richard - 1963

"Je tenais aussi à faire des portraits individuels des membres des Stones car ils avaient des personnalités passionnantes. Keith Richard est celui qui m’a le plus marqué, il était très particulier, complètement perché : un génie créateur".

Terry O'Neill Iconic images/ Galerie de l'Instant

Terry O'Neill Iconic images/ Galerie de l'Instant

Mick Jagger - 1964

"A l’époque où je travaillais avec les Stones, c’était vraiment l’âge d’or de Brian Jones, leader du groupe. Puis ça a été la déchéance à cause de la drogue, jusqu’à sa mort en 1969. C’est Mick Jagger qui a alors pris le relais. Après je suis parti aux Etats-Unis et j’ai cessé de les suivre. Mais je suis resté très proche de Mick ".

Getty images

Getty images

Elton John - janvier 1972

"J’ai décidé de photographier Elton John après l’avoir entendu à la radio jouer Take me to the pilot au piano. J’ai été subjugué et je suis allé sonner chez lui pour lui proposer de le photographier. Il a accepté de jouer le jeu même s’il détestait poser. A l’époque mes photos d’Elton John étaient complètement invendables car personne ne croyait en ce petit gros complètement loufoque. Mais au fond de moi, j’étais persuadé que ce n’était qu’une question de temps et de mœurs : je sentais qu’il allait devenir quelqu’un de grand. Quelques années plus tard, il s’imposera comme la plus grande pop-star des années 1970 et 1980. Depuis, nous sommes restés très amis".

Terry O'Neill Iconic images/ Galerie de l'Instant

Terry O'Neill Iconic images/ Galerie de l'Instant

David Bowie - 1974

"J’ai été engagé par son manager pour photographier David et ce chien au moment de la sortie de son 8e album en 1974, Diamond dogs. C’était pour fournir une représentation au dessinateur qui devait réaliser la jaquette de l’album en peignant David Bowie mi-homme mi-chien. Durant le shooting le chien n’a pas arrêté de sauter à la vue du flash, d’où cette photo restée célèbre. David Bowie était vraiment cool et a su rester accessible malgré la célébrité".

Terry O'Neill Iconic images/ Galerie de l'Instant

Terry O'Neill Iconic images/ Galerie de l'Instant

David Bowie et Elizabeth Taylor - Los Angeles 1975

"C’était la première fois qu’Elizabeth Taylor et David Bowie se rencontraient. Elizabeth, qui était une amie proche, m’avait demandé d’orchestrer leur rencontre. J’ai donc proposé à David de passer un dimanche après-midi… Il est arrivé avec cinq heures de retard sans même s’excuser. En réalité, Elizabeth envisageait de lui offrir un rôle dans le film qu’elle avait en tête, mais elle ne l’a pas fait, sûrement parce qu’elle était vexée. Ils ont fini par devenir amis plus tard".

Getty images

Getty images

Charlotte Rampling - 1976

"Elle était vraiment sublime, elle avait tout d’une Française. C’est la seule fois où je l’ai rencontrée".

Charlotte Rampling
Getty images

Getty images

Frank Sinatra - 1967

" C’est Ava Gardner qui a orchestré ma première rencontre avec Sinatra en 1967. Elle a rédigé une lettre de recommandation à son agent pour que je puisse le photographier. Je ne sais pas ce qu’elle a écrit mais à partir de là, j’ai suivi Sinatra partout où il tournait. C’est le modèle masculin qui m’a le plus fasciné et l’homme le plus incroyable que j’ai rencontré avec Kennedy. C’est vrai qu’il changeait quand il avait trop bu, mais il gardait un charisme fou en toutes circonstances et je n’ai jamais vu quelqu’un avoir autant de succès avec les femmes. Nous sommes restés amis très longtemps même si je restais dans son ombre : c’était lui la star et moi le photographe".

Getty images

Getty images

Audrey Hepburn - 1967

"C’est la personne la plus agréable à photographier que j’ai jamais rencontrée. Elle était si attentionnée et si douce… Une vraie dame".

Terry O'Neill Iconic images/ Galerie de l'Instant

Terry O'Neill Iconic images/ Galerie de l'Instant

Romy Schneider - Saint Tropez 1982

"Romy Schneider m'a marqué autant qu'Audrey Hepburn. Ce jour-là je l'ai aussi photographiée avec son fils. Elle irradiait. Elle me semble indescriptible". 

Romy Schneider à Saint Tropez
Terry O'Neill Iconic images/ Galerie de l'Instant

Terry O'Neill Iconic images/ Galerie de l'Instant

Sean Connery - Las Vegas 1971

"Étant le seul photographe à avoir immortalisé absolument tous les James Bond, je suis inflexible : Sean Connery est de loin la meilleure incarnation de 007 qui puisse exister. Sur le tournage des Diamants sont éternels, nous avons passé un séjour génial à Las Vegas : on travaillait dur la journée et on jouait au casino la nuit. Même si Sean Connery est le meilleur, je dois reconnaitre que Pierce Brosnan et Daniel Craig ont assuré une excellente postérité".

Getty images

Getty images

Audrey Hepburn - 1967

"J’ai pu photographier la merveilleuse Audrey durant le tournage de Voyage à deux de Stanley Donen, dans le Sud de la France. On ne peut pas le deviner en regardant les photos mais Audrey détestait l’eau et ça a été une torture pour elle de devoir barboter des heures dans la piscine pour tourner cette scène du film. Pourtant, elle est restée rayonnante". 

Terry O'Neill Iconic images/ Galerie de l'Instant

Terry O'Neill Iconic images/ Galerie de l'Instant

Raquel Welch - Los Angeles 1970

"J'ai fait cette photo en marge du film The Beloved. Raquel était vraiment un phénomène époustouflant. C'est peut-être la seule plastique qui ait pu concurrencer celle de Brigitte Bardot". 

Terry O'Neill Iconic images/ Galerie de l'Instant

Terry O'Neill Iconic images/ Galerie de l'Instant

Jean Shrimpton et Terence Stamp - 1963

"J’ai apprécié tous les top-models avec qui j’ai travaillé et ce n’est pas pour rien qu’elles ont marqué l’histoire de la mode. Mais c’est vrai que ma préférence va à Jean Shrimpton, celle que j’ai le plus photographiée et dont je reste très proche. Depuis longtemps, j’avais cette idée de réaliser une photo avec le visage de l’homme et le visage de la femme des années 1960. J’ai tout de suite pensé aux visages collés de Jean et Terence Stamp : je voulais qu’ensemble ils représentent cette génération libertaire".

Jean Shrimpton et Terence Stamp
Getty images

Getty images

Elton John - janvier 1972

Getty images

Getty images

Raquel Welch - Los Angeles 1970

Raquel Welch et sa chevelure de sirène
Getty images

Getty images

Ava Gardner - 1972

"C’est probablement la plus belle de toutes les femmes que j’ai photographiées avec Brigitte Bardot. Je lui disais tout le temps qu’elle était sublime mais ça la gênait beaucoup, elle qui était extrêmement humble. Elle ne faisait que répéter qu’elle venait d’une famille de fermiers du Texas !"

Getty images

Getty images

Brigitte Bardot - 1970

"Sur le tournage du film Les Novices, elle avait besoin de se reposer et avait pris l’habitude de faire des petites siestes, souvent rejointe par ce chien. Elle était sensationnelle mais le grand problème est qu’elle ne parlait pas un mot d’anglais et moi pas un mot de français ce qui limitait nos échanges, alors que j’aurais adoré pouvoir discuter des heures avec elle… J’étais donc condamné à la regarder et à communiquer avec elle à travers mes photos. Brigitte Bardot est incontestablement le modèle qui continue de me fasciner, suivi de près par Jean Shrimpton et Ava Gardner".

Brigitte Bardot fait la sieste
Getty images

Getty images

Claudia Cardinale - 1971

"Claudia Cardinale était à tomber et pourtant sur le tournage des Pétroleuses elle restait à l'ombre de Brigitte Bardot..."  

Claudia Cardinale sur le tournage des Pétroleuses
Getty images

Getty images

Michael Caine - 1971

"Michael Caine est l’un de mes meilleurs amis. J’ai donc j’ai pris l’habitude de le photographier sur ses tournages. C’est aussi la personne la plus drôle que je connaisse et celui qui illustre le mieux le flegme anglais".

Michael Caine et sa carabine
Les photos rock de Terry O'Neill
Getty images

Getty images

Getty images

Getty images

Dustin Hoffmann - 1969

"Un personnage fascinant, très drôle. Il adorait prendre la pose".

Dustin Hoffmann fait la manche
Getty images

Getty images

Jodie Foster - 1976

"Elle n’avait que 12 ans mais elle était extrêmement mature et très garçon manqué. Jamais je n’aurais pu deviner la grande actrice qu’elle allait devenir".

Jodie Foster à 12 ans
Getty images

Getty images

Harrison Ford - 1969

"Quand je l’ai photographié, les gens ne le connaissaient que pour Star Wars. Il était très excité car c’était la première fois qu’il allait jouer un autre film".

Harrison Ford en policier
Terry O'Neill Iconic images/ Galerie de l'Instant

Terry O'Neill Iconic images/ Galerie de l'Instant

Jimmy Page - 1977

"Le manager de Led Zeppelin m’a demandé de faire des photos lors d’un concert en Floride. C’était la façon dont ça fonctionnait à l’époque : tous les groupes avaient leur manager et s’il vous appréciait, alors vous deveniez facilement le photographe officiel du groupe. Je me souviens qu’à l’époque, si je ne pouvais pas me déplacer et qu’il y avait besoin de photos rapidement, le manager des Stones n’hésitait pas à les faire venir jusqu’à mon studio. Comme j’étais le seul jeune photographe à m’intéresser au rock à l’époque, ça a toujours été facile pour moi…"

Getty images

Getty images

Mia Farrow - 1977

"J’ai photographié Mia Farrow à l’époque où elle était très proche des Beatles : ils avaient étudié ensemble la méditation transcendantale en Inde, avec la petite sœur de Mia, Prudence. C’est d’ailleurs à ce moment-là que John Lennon a composé Sexy sadie à propos des avances qu’auraient faites le Maitre du cours de méditation à Mia Farrow. John Lennon était révolté et a immédiatement quitté les lieux".

Getty images

Getty images

Naomi Campbell - 1993

"La panthère était extrêmement professionnelle. Presque froide, mais toujours courtoise".

Naomi Campbell
Getty images

Getty images

Carla Bruni - 1990

"J’ai pris cette photo à l’époque où Carla Bruni sortait avec Eric Clapton, un ami très proche. Elle avait 23 ans et commençait sa carrière de mannequin. Elle était assez intimidée".

Carla Bruni
Getty images

Getty images

Ursula Andress - 1965

"Cette photo s’est faite sur le tournage du film La déesse de feu (She). Ursula Andress était vraiment très douce et extrêmement belle aussi".

Getty images

Getty images

Tina Turner - 1993

"C’était un shooting en marge d’un concert qu’elle donnait à Londres".

Terry O'Neill Iconic images/ Galerie de l'Instant

Terry O'Neill Iconic images/ Galerie de l'Instant

Kate Moss - 1993

"La « brindille » était adorable et travaillait dur pour faire ses preuves".

kate moss jeune
Getty images

Getty images

Angelica Huston - 1990

J’ai réalisé cette photo de publicité pour le film The Witches.

Getty images

Getty images

Nelson Mandela - 2008

"J’ai photographié Nelson Mandela à l’occasion de son 90e anniversaire ; lors de son passage en Angleterre. J’ai négocié avec ses proches pour pouvoir être son photographe officiel durant sa semaine de passage. C’était la première fois que je le rencontrais et j’ai vraiment été marqué. Je n’avais pas réalisé à quel point c’était un homme admirable. Toute la Couronne est passée le voir dans sa chambre d’hôtel".

Rédigé par Vanity Fair par Camille Bordenet

Publié dans #Articles de presse

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article