Mick Jagger, une vie vraiment "sexe, drogue et rock'n'roll"

Publié le 1 Août 2019

Mick Jagger, incarnation du rock'n'roll © Owen Sweeney AP SIPA

Mick Jagger, incarnation du rock'n'roll © Owen Sweeney AP SIPA

Mick Jagger est un mythe à lui tout seul. Née en 1943 à Dartford, en Angleterre, la rock star a fêté ses 76 ans le 26 juillet 2019. L'occasion de revenir sur son incroyable vie. La carrière de Mick Jagger commence au début des années 60, quand il forme avec Keith Richards, Brian Jones et Ian Stewart le groupe qui deviendra l'un des plus célèbres du monde : The Rolling Stones.

Connue pour sa musique, ses concerts aux quatre coins de la planète, mais aussi et peut-être surtout pour sa longévité, la formation britannique continue, encore aujourd'hui, de susciter les fantasmes les plus fous.

Voici quelques anecdotes que vous ne connaissiez peut-être pas encore sur Mick Jagger. Un seul mot d'ordre : "Sex, drog & rock'n'roll" !

Mick Jagger en 1965 © Dezo Hoffman/REX/Shutterstock/SIPA

Mick Jagger en 1965 © Dezo Hoffman/REX/Shutterstock/SIPA

Quand Mick Jagger se rêvait... comptable

La personnalité de Mick Jagger possède mille facettes. Chanteur charismatique des Rolling Stones, acteur, rock star... Tout ceci n'aurait pourtant pu ne pas arriver. Avant de se mettre à la musique, au tout début des années 1960, le jeune homme se cherche. Et se voit politicien ou... comptable !

À cette époque, celui qui s'appelle encore Michael Philip Jagger étudie à la London School of Economics, une université britannique spécialisée dans l'enseignement des sciences économiques, politiques, sociales et de la finance.

Mais croiser la route de Keith Richards changera son destin et l'éloignera des chiffres pour le rapprocher de la scène. Pourtant, dès 1975, Mick Jagger l'avait juré : "Plutôt être mort que chanter '(I Can't get no) Satisfaction' à quarante-cinq ans". Raté.

1963, le monde découvre Mick Jagger - Dezo Hoffman/REX/Shutterstock/SIPA

1963, le monde découvre Mick Jagger - Dezo Hoffman/REX/Shutterstock/SIPA

Une vie avant les Stones

Avant de devenir le chanteur charismatique des Rolling Stones, Mick Jagger a des projets d'études dans une université londonienne. Mais très vite, la musique l'attire. 

Alors, l'adolescent débute en chantant dans un autre groupe, très jeune. Il forme son premier groupe à 15 ans, en 1959, avec un ami d'enfance de Dartford, Dick Taylor. Tous deux forment les Little Boy Blue & The Blues Boys. Déjà passionné par la musique, le jeune artiste s'essaie à l'harmonica et au chant, dans le style du rhythm and blues.

Ce n'est que quelques années plus tard que Mick Jagger fera la connaissance de Keitch Richards sur le quai de la gare de Dartford, qui connaît lui aussi Dick Taylor. Les deux adolescents commencent rapidement à faire de la musique ensemble, jusqu'à devenir inséparables.

Mick Jagger et Keith Richards en 1965 © David Cole Featur/REX/SIPA

Mick Jagger et Keith Richards en 1965 © David Cole Featur/REX/SIPA

Mick Jagger et Keith Richards, meilleurs ennemis

Ça n'est pas un scoop, les relations entre Mick Jagger et Keith Richards, sont bien loin de toujours avoir été un long fleuve tranquille. S'ils sont nés dans le même hôpital et partagent la scène depuis un demi-siècle, les "Glimmer Twins" ("les jumeaux étincelants") ont toujours entretenu des rapports passant de l'amour à la haine, faisant les choux gras des tabloïds du monde entier.

"Je pense à nos différences comme à une querelle de famille. Si je lui crie dessus, c'est parce que personne n'a le courage de le faire, ou sinon ils sont payés pour ne pas le faire. En même temps, j'espère que Mick réalise que je ne suis qu'un ami qui essaie de le mettre dans le droit chemin et qu'il fasse ce qu'il doit faire", expliquait Keith Richards en 1998 au New York Times.

Mick Jagger et Keith Richards, de l'amour à la haine - Dezo Hoffman REX Shutterstock SIPA

Mick Jagger et Keith Richards, de l'amour à la haine - Dezo Hoffman REX Shutterstock SIPA

La cause de leur brouille

Le duo infernal des Rolling Stones s'est aussi illustré par ses brouilles, surtout au milieu des années 80. Ceux que l'on surnomme les "Glimmer Twins" étaient entrés dans une "troisième guerre mondiale", comme Keith Richards le déplorait en ces mots. La raison de la brouille ? Le départ de Mick Jagger pour une carrière solo, sans prévenir ses camarades du groupe. Ce que n'a évidemment pas supporté Keith Richards.

Après leur réconciliation, des années plus tard, certaines rancœurs ne se sont visiblement pas effacées. Dans ses mémoires, parues en octobre 2010, Keith Richards égratignait un peu plus son acolyte, évoquant ses surnoms, "Votre majesté" ou "Brend" et se moquant de son album "Goddess in the Doorway", qu'il renomme "Une merde de chien sur le pas de la porte".

Le concert des Stones où un fan à trouvé la mort, sous les yeux du gang chargé de la sécurité - AP/SIPA

Le concert des Stones où un fan à trouvé la mort, sous les yeux du gang chargé de la sécurité - AP/SIPA

Mick Jagger a failli mourir assassiné

Dans un documentaire lui étant consacré, diffusé en 2008 sur la chaîne britannique BBC, un ancien agent du FBI, Mark Young, révélait pour la première fois l'impensable : Mick Jagger a échappé à une tentative d'assassinat, en 1969, aux États-Unis. Une attaque organisée par un gang de motards, les Hells Angels, qui assuraient la sécurité des concerts des Stones, jusqu'à cette année-là. Mais un soir, à Altamont Speedway, en Californie, alors que les artistes se produisaient sur scène, un jeune fan est mort. 

Immédiatement, toujours selon l'agent du FBI, Mick Jagger aurait renvoyé ce service de sécurité. Qui l'a très mal pris. "Ils allaient le tuer par vengeance pour avoir renvoyé leurs forces de sécurité", explique le témoin interrogé dans le documentaire de la BBC.

Mick Jagger sur scène - Barry Brecheisen/AP/SIPA

Mick Jagger sur scène - Barry Brecheisen/AP/SIPA

La cible d'un attentat raté

La tactique du gang des Hells Angels pour assassiner Mick Jagger en 1969 est parfaitement rodée. "Leur plan consistait à pénétrer dans sa propriété (à New-York) de Long Island, par bateau", explique l'ex-agent du FBI dans le documentaire diffusée sur la BBC.

"Alors qu'ils rassemblaient leurs armes et leurs forces avant d'entrer dans le détroit de Long Island, un orage a éclaté, coulant presque leur embarcation et leur permettant de sauver tout juste leur vie. Ils n'y sont jamais retournés et ont abandonné leur projet", précise-t-il.

Selon les informations relayées en 2008 par la BBC, Mick Jagger n'a pas été informé du complot par le FBI.

Brian Jones et Mick Jagger en 1964 - Richard Rosser/REX/Shutterstock/SIPA

Brian Jones et Mick Jagger en 1964 - Richard Rosser/REX/Shutterstock/SIPA

Mais qui a tué Brian Jones ?

C'est l'un des mystères les plus obscures autour des Rolling Stones : la mort en 1969 de Brian Jones l'un des membres fondateurs et premier guitariste du groupe. Cinquante ans plus tard, les circonstances exactes de cette disparition brutale restent troubles. Le 3 juillet 1969, le musicien est retrouvé mort, noyé dans sa piscine. Un tragique accident sur fond de consommation de drogue, qui fera naître un grand nombre de rumeurs. Brian Jones a-t-il été assassiné ? Ils sont nombreux à le croire. Mais les membres des Stones eux, n'y ont jamais cru et estiment que leur ancien acolyte était assez drogué pour se noyer.

Brian Jones avait été exclu du groupe quelques semaines plus tôt, le 5 juin 1969, à cause justement de sa dépendance aux drogues dures et notamment au LSD. Mick Jagger et Keith Richards n'assisteront pas à ses funérailles. 

Brian Jones, Keith Richards, Charlie Watts, Mick Jagger et Bill Wyman - MARY EVANS/SIPA

Brian Jones, Keith Richards, Charlie Watts, Mick Jagger et Bill Wyman - MARY EVANS/SIPA

Et Netflix s'en mêle...

Ces différents entre Brian Jones et le reste des Stones alimenteront un peu plus les rumeurs. D'autant que deux ans plus tôt, Keith Richards lui avait "pris" sa fiancée, Anita Pallenberg, ce qui n'avait arrangé ni leurs relations, ni les démons de Brian Jones. La dernière compagne de ce dernier décuplera les doutes sur les circonstances de sa mort, en dévoilant un livre en 1999, baptisé "Le meurtre de Brian Jones". 

Elle accuse un certain Frank Thorogood, un entrepreneur qui travaillait pour Brian Jones, de l'avoir assassiné après une dispute. Autant d'éléments qui avaient fait que la justice britannique avait rouvert une enquête en 2009. La thèse de l'assassinat, c'est également le synopsis de "Who killed Christopher Robin ?" (le vrai nom de Brian Jones, ndlr.), un documentaire signé Netflix...

Mick Jagger en 1967, date de son arrestation - RONALDGRANT/MARY EVANS/SIPA

Mick Jagger en 1967, date de son arrestation - RONALDGRANT/MARY EVANS/SIPA

De la drogue à la prison

Le 29 juin 1967, c'est la douche froide : Mick Jagger et Keith Richards sont arrêtés pour consommation de drogue. Lors d'une descente dans la demeure de Keith Richards dans le Sussex, la police a retrouvé des amphétamines. Lors de leur raid, dénoncé à l'époque par de nombreuses personnalités ayant prix la défense des Stones, les forces de l'ordre seraient tombées, selon la légende, sur Marianne Faithfull, alors en couple avec Mick Jagger, vêtue uniquement d'un tapis de fourrure.

Lors du procès, la sentence tombe pour eux comme un couperet, ils écopent respectivement de trois mois et un an de prison. Une mésaventure qui n'arrêtera pas Mick Jagger dans sa consommation de drogues, puisqu'il confira dans les années 1970 qu'il consommait de l'héroïne, du LSD ou de la cocaïne.

Mick Jagger sur scène lors sa tournée australienne en 1988 - KING BOB -/S

Mick Jagger sur scène lors sa tournée australienne en 1988 - KING BOB -/S

L'échec en solo

Au milieu des années 80, fâché avec Keith Richards, Mick Jagger déclare la guerre à ses camarades des Rolling Stones en débutant une carrière solo, sans même prendre le temps de les avertir. Il sortira trois albums : "She's the Boss" en 1985, "Primitive Cool" en 1987 et "Wandering Spirit", en 1993.

Mais Mick Jagger, sans les Stones, aura du mal à trouver son public. Depuis 1989, il s'est réconcilié avec Keith Richards et les Rolling Stones repartent de plus belle, pour ne plus se quitter. Au moins jusqu'à aujourd'hui. Son retour dans le groupe n'empêchera pas Mick Jagger de retenter l'aventure solo avec un quatrième album, "Goddess in the Doorway", en 2001, qui connaîtra le même destin que les trois précédents.

Mick Jagger et Keith Richards sur scène à New York en 2012 - Dave Allocca/AP/SIPA

Mick Jagger et Keith Richards sur scène à New York en 2012 - Dave Allocca/AP/SIPA

Le "petit zizi" de Mick Jagger

Dans la brouille entre Mick Jagger et Keith Richards, tous les coups sont permis. Même ceux en dessous de la ceinture. En 2010, le guitariste des Rolling Stones dévoile "Life", son autobiographie. Et Keith Richards ne mâche pas ses mots sur son acolyte. "J'avais de l'affection pour Mike, mais je n'ai pas été dans sa loge depuis une vingtaine d'années. Parfois, je me dis : 'Mon ami me manque'. Et je me demande : 'Où est-il allé?'", écrit-il.

Keith Richards s'est aussi, dans son livre, attaqué à la "virilité" de son camarade, en affirmant que Marianne Faithfull, ex-petite-amie de Mick Jagger, lui aurait confié qu'elle n'avait "aucun plaisir avec lui, à cause de son petit zizi". Et de conclure : "Je sais qu'il a une énorme paire de c..., mais ça ne suffit pas."

Mick Jagger et Keith Richards à Londres en 2016 - Joel Ryan/AP/SIPA

Mick Jagger et Keith Richards à Londres en 2016 - Joel Ryan/AP/SIPA

Impardonnable Keith Richards

Mick Jagger n'a que très peu apprécié l'attaque de Keith Richards sur sa virilité. Après la sortie de l'autobiographie du guitariste des Stones, le froid glacial se réinstalle entre les deux artistes. "Mick a été sincèrement et blessé et choqué. Il n'était plus d'humeur à pardonner. Quelque chose s'est vraiment cassé", expliquait à l'époque Christopher Andersen, journaliste anglais auteur d'une biographie sur Mick Jagger. Keith Richards, qui se serait pourtant confondu en excuses, ne s'est fait que difficilement pardonner par son acolyte.

Même Jerry Hall, ancienne compagne de Mick Jagger, avait pris la défense du chanteur dans cette affaire : "Mick est très bien doté. Je le sais, je suis resté avec lui pendant vingt-trois ans. Keith est juste jaloux."

Mick Jagger, une réputation sulfureuse de coureur de juppons - Owen Sweeney AP SIPA

Mick Jagger, une réputation sulfureuse de coureur de juppons - Owen Sweeney AP SIPA

L'homme aux 4 000 conquêtes

Incarnation même de la rock star, tout au long de sa vie, Mick Jagger a enchaîné les conquêtes. Dès les années 60, les histoires d'amour du rockeur font les choux gras de la presse people : de sa liaison avec Marianne Faithfull à celle avec la mannequin brésilienne Luciana Gimenez, en passant par sa longue relation avec l'actrice Jerry Hall, sa vie privée fascine.

On prêtera à l'artiste de nombreuses autres liaisons, notamment avec Carla Bruni ou Angelina Jolie (qui n'ont par ailleurs jamais été confirmées). D'ailleurs, cette dernière apparaît dans le clip "Anybody Seen My Baby", extrait de l'album "Bridges to Babylon", sorti en 1997.

Mick Jagger confiera avoir eu des relations avec 4 000 femmes différentes.

Mick Jagger et David Bowie sur scène en 1985 - Jon Hoffmann/Shuttersto/SIPA

Mick Jagger et David Bowie sur scène en 1985 - Jon Hoffmann/Shuttersto/SIPA

Une partie fine avec David Bowie

Une autre anecdotes à avoir contribué à la réputation du leader des Rolling Stones : son idylle supposée avec David Bowie. C'est ce que racontait l'ex-femme de ce dernier, Angie, dans une interview au Sun en 2013. "C'était un amateur des parties à trois, avec les femmes comme avec les hommes", commence-t-elle. En 1973, elle découvre Mick Jagger dans le lit de son époux.

"Je suis rentrée dans la chambre. David était là, d'un côté, avec tous ses coussins et ses couvertures, et de l'autre, il y avait la jambe de Mick qui dépassait. Je leur ai demandé : 'Vous avez passé une bonne nuit les gars ?' Ils étaient tellement ivres qu'ils ne pouvaient presque pas parler. J'avais pitié d'eux (…) Ils n'étaient pas juste dans le lit. Ils étaient nus", raconte Angie, qui avait épousé David Bowie en 1970.

Mick Jagger et Jerry Hall à Londres en 1982 - Richard Young/REX/Shutterstock/SIPA

Mick Jagger et Jerry Hall à Londres en 1982 - Richard Young/REX/Shutterstock/SIPA

"Un prédateur sexuel"

Pendant 23 ans, ils ont formé l'un des couples les plus en vue de la planète people : Jerry Hall et Mick Jagger se sont rencontrés en 1976 et se quitteront en 1999. Ensemble, ils ont quatre enfants : Elizabeth, James, Georgia et Gabriel. Selon l'ex-top-model, ce sont les infidélités à répétition de Mick Jagger qui ont eu raison de leur amour, comme elle le racontait en 2010 dans son autobiographie.

"Je l'ai aidé à se sevrer de la drogue, mais il l'a remplacée par le sexe (...) Même si je l'aimais et qu'il m'a juré un amour éternel, je n'avais pas confiance en lui (...) Il ne pouvait pas s'empêcher de se livrer à d'autres femmes. Il a été lié avec plusieurs filles par la presse à scandales, mais il a tout nié, bien sûr", explique-t-elle, qualifiant le père de ses enfants de "prédateur sexuel".

Une fan des Stones à un concert à Toronto en 2003 - KEVIN FRAYER/AP/SIPA

Une fan des Stones à un concert à Toronto en 2003 - KEVIN FRAYER/AP/SIPA

Les Stones, des groupies en folie

La légende veut que le terme "groupie" ait été inventé par les Stones, pour les Stones. Bill Wyman, alors bassiste du groupe, aurait trouvé ce mot en pleine tournée en Australie, en 1965. Il est vrai que des groupies, les Rolling Stones en ont eu. Beaucoup. Parmi elles (il est vrai que c'était plus souvent des femmes), plusieurs sont devenues célèbres, notamment Pamela des Barres, qui a eu une relation avec Mick Jagger à la fin des années 60, avant de le laisser tomber pour Jimmy Page, le leader de Led Zeppelin

Pamela des Barres, de son vrai nom Pamela Ann Miller, aurait inspiré le personnage de Penny Lane dans le film "Presque célèbre" de Cameron Crowe, sorti en 2000.

Mick Jagger et Melanie Hamrick aux Grammy Awards en 2019 - Michael Buckner/Variety/REX/Shutterstock/SIPA

Mick Jagger et Melanie Hamrick aux Grammy Awards en 2019 - Michael Buckner/Variety/REX/Shutterstock/SIPA

"L'homme d'une seule femme"

Dans sa longue liste de supposées conquêtes, certaines ont été plus marquantes dans la vie de Mick Jagger. En tout, le rockeur a eu huit enfants, nés de cinq relations différentes. Il est aussi plusieurs fois grand-père et une fois arrière-grand-père. Son dernier enfant, Deveraux Octavian Basil, est né en 2016 (le chanteur était donc âgé de 73 ans) de sa relation avec la danseuse étoile Melanie Hamrick, avec qui il est en couple depuis 2014.

C'est avec cette dernière que, selon la presse people, le chanteur se serait assagit et aurait finalement stoppé net sa carrière de coureur de jupons. "Il a pris un engagement envers Melanie quand ils étaient sur l'île Moustique à Noël. Il est enfin prêt à se poser et à être l'homme d'une seule femme", déclarait même une source au site britannique le Mirror.

Mick Jagger en 2003 avec sa médaille de chevalier - MATTHEW FEARN/AP/SIPA

Mick Jagger en 2003 avec sa médaille de chevalier - MATTHEW FEARN/AP/SIPA

Appelez-le "Sir Mick Jagger"

Le 12 décembre 2003, Mick Jagger reçoit l'honneur ultime pour un Britannique : le Prince de Galles le fait chevalier, ajoutant un "Sir" à son nom. Devant deux de ses filles, Karis et Elizabeth, le rockeur se dit alors "touché" par cet honneur et que son propre père serait "très fier" de lui. Mais pour certains fans critiques, cette distinction est totalement contraire à son engagement anti-institutionnel.

Même son de cloche négatif du côté de son complice Keith Richards, qui s'est lui dit agacé que Mick Jagger accepte "cet honneur dérisoire", contraire selon lui aux valeurs véhiculées par les Rolling Stones. "Je pense qu'il aimerait probablement recevoir le même honneur. C'est comme si on recevait une glace : on en a une et ils en veulent tous une", a de son côté rétorqué le principal intéressé.

Mick Jagger lors de la sortie de "Vinyl" - SIPA

Mick Jagger lors de la sortie de "Vinyl" - SIPA

De la scène au grand écran

La musique n'a pas été la seule passion de Mick Jagger durant sa carrière. En plus d'être le chanteur des Rolling Stones et d'enchaîner les tournées mondiale, l'icône rock s'est aussi illustrée au cinéma. En tout, il a joué dans neuf films entre 1970 et aujourd'hui.

Il est par ailleurs passé derrière la caméra, entant que producteur de deux long-métrages et d'une série, "Vinyl", de Martin Scorsese.

En plus de sa carrière dans le Septième art, Mick Jagger apparaît aux côtés de son compère de toujours, Keith Richards, dans un épisode de la saison 14 des célèbres Simpson. Tout un épisode, baptisé "Like A Rolling Stone", leur avait été dédié.

Mick Jagger en concert aux États-Unis en juillet 2019 - Robert E. Klein/AP/SIPA

Mick Jagger en concert aux États-Unis en juillet 2019 - Robert E. Klein/AP/SIPA

Rester jeune à tout prix

Être une rock star et le rester toute sa vie ? Mick Jagger compte visiblement relever le défi. Depuis des années, le leader des Stones n'a qu'une obsession : rester jeune. Au menu donc, les smoothies et avocats, sont venus remplacer l'héroïne et le LSD, le tout combiné à un entrainement de sportif de haut niveau, entre danse, gymnastique et course à pied. Mais l'hygiène de vie n'est pas le seul moyen qu'à Mick Jagger pour entretenir sa jeunesse. 

Pour lui, cela passe aussi par son apparence. Ainsi, pour lutter contre l'apparition de rides, l'artiste se badigeonnerait le visage de crème La Prairie Caviar (qui coûte quelque 300 euros le pot), mais aussi de toute une batterie de lotions anti-rides ou d'un sérum Crème de la mer à 540 euros le flacon de 250 millilitres.

Mick Jagger sur scène - Owen Sweeney / AP/SIPA

Mick Jagger sur scène - Owen Sweeney / AP/SIPA

Mick Jagger face à la maladie

En mai 2019, pour les fans des Rolling Stones, c'est la douche froide. Sur son compte Twitter, le célèbre groupe fait savoir que toutes ses dates de tournée aux États-Unis et au Canada sont annulées et reportées. En cause ? La santé de Mick Jagger. À la veille de ses 76 ans, le leader du groupe a dû se faire opérer d'une valve cardiaque défectueuse. Une pathologie plus fréquente chez les personnes âgées. Cette opération a donc contraint Mick Jagger à se tenir loin des salles de concert pour se reposer et récupérer. 

Quelques semaines seulement après l'intervention, sur les réseaux sociaux, le chanteur a rassuré tout le monde en postant une vidéo de lui, dansant et chantant à tue-tête. Et les Stones eux, ont pu reprendre leur tournée avec leur leader.

Mick Jagger, Ronnie Wood et Keith Richards sur scène en 2019 - Bob Self/AP/SIPA

Mick Jagger, Ronnie Wood et Keith Richards sur scène en 2019 - Bob Self/AP/SIPA

La légende Jagger

Il serait difficile de résumer la vie et la carrière de Mick Jagger, tant elles sont riches. En plus d'un demi-siècle de carrière, le leader charismatique des Rolling Stones est devenu l'incarnation même du rock'n'roll et d'une devise, "Sex, drog & rock'n'roll". Qui mieux que lui pourrait incarner ce dicton ? En 2010, le célèbre magazine Rolling Stone le sacre même seizième des cent plus grands chanteurs de tous les temps.

Et à 76 ans, Mick Jagger n'est visiblement pas prêt de s'arrêter. Après la grosse frayeur de son opération, le chanteur est remonté sur scène, comme si de rien n'était. Avec toujours la même énergie et la même envie. Et ce, même s'il est passé de "rock star" à "papy du rock".

Rédigé par linternaute par Lucie Valais

Publié dans #Articles de presse

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article