Under My Thumb

Publié le 15 Avril 1966

Under My Thumb est une chanson écrite par Mick Jagger et Keith Richards et interprétée par les Rolling Stones

Under My Thumb

Elle apparut pour la première fois sur l'album Aftermath de 1966, et ne fut jamais éditée en simple. Ce fut l'une des plus populaires chansons des Stones de l'époque et c'est probablement la plus connue des chansons d'Aftermath avec Paint It, Black, apparaissant sur de nombreuses compilations du groupe. Enregistrée lors des sessions d'enregistrement d'Aftermath de mars 1966 aux studios de RCA Records (Hollywood), cette chanson existe en deux versions, l'une longue de 3 minutes et 41 secondes, et l'autre écourtée de vingt-et-une secondes. Ces deux versions sont issues de la même prise, la seconde s'étant vue retirer quelques passages instrumentaux. On peut observer cette même multiplicité des versions sur le titre Paint It, Black, datant de la même époque. Brian Jones fait dans Under My Thumb intervenir pour la première fois un marimba. En effet lors des enregistrements d'Aftermath aux studios RCA, Jones trouva une multitude d'instruments aux sonorités étranges. Celui-ci avait de telles pratiques et connaissances musicales qu'il fut quasi instantanément capable d'en jouer de la plupart. De retour en Angleterre, Brian Jones fera une utilisation massive du mellotron, qui combine également nombre de sons exotiques.

Les paroles de cette chanson, chronique de la lutte de pouvoir opposant les sexes, était en accord avec l'attitude rebelle et vaguement misogyne que les Rolling Stones cultivaient, sous la houlette d'Andrew Loog Oldham, au milieu des années 1960, bien que le concept de « under my thumb » (littéralement « sous mon pouce » c'est-à-dire sous ma coupe, en mon pouvoir…) soit, mais c'est discutable, plus subtil que ne l'étaient les autres controverses que le groupe avait suscitées. C'est le mannequin Chrissie Shrimpton, avec qui Mick Jagger sortait à l'époque, qui lui inspira en partie les paroles de cette chanson. Ces paroles célèbrent la satisfaction finale du contrôle et de la maîtrise d'une femme précédemment arriviste et dominante. Les paroles qui savourent une « la mégère apprivoisée » moderne avec allégresse (comparant la femme en question à un « animal de compagnie » ou à un « chat »), provoquèrent de larges réactions négatives parmi quelques auditeurs, particulièrement des féministes. Mais on peut raisonnablement dire que la chanson n'est qu'une image et que les mots de Jagger sont théâtraux et ne préconisent pas la domination masculine. La femme qui est le sujet de la chanson était précédemment la figure dominante dans le rapport, et le narrateur était à l'origine totalement soumis à elle, ce qui fait des implications de la chanson davantage qu'une simple misogynie. Jagger s'exprima d'ailleurs beaucoup plus tard sur ce sujet dans une interview de 1995 : « Ce n'est pas une chanson plus anti-féministe que les autres ... Oui, c'est une caricature, et elle est en réponse à une fille qui était une femme très agressive. ».

Comme plusieurs chansons de la période d'Aftermath, « Under My Thumb » emploie davantage une instrumentation novatrice que ce que les Stones avaient réalisé auparavant, comme une ligne de basse utilisant audacieusement pour l'époque une pédale Fuzz jouée probablement par Bill Wyman. C'est en partie grâce à ce morceau de basse hors du commun que Wyman fut vraiment reconnu. Une légende voudrait que Keith Richards soit à l'origine de cette pédale et même que ce soit lui qui en joue sur ce morceau. Cependant les vrais débuts de Richards à la basse se firent plus certainement sur le morceau Let's Spend the Night Together, enregistré un an plus tard. Des riffs de marimba, joués par Brian Jones, créent vraiment l'atmosphère si spéciale de la chanson. Ils sont inspirés du riff d'ouverture du Same Old Song des Four Tops, quartet de rhythm and blues américain. Le pianiste (Stewart, Jones ou Wyman, il est impossible d'assurer avec certitude son identité) utilise un piano tout le long de la chanson mis à part pour la toute fin (la coda) où il utilise un orgue. Enfin, Charlie Watts reprend dans certaines parties la même partition de batterie que sur (I Can't Get No) Satisfaction. Du point de vue de la mélodie, la chanson — comme l'ensemble de l'album Aftermath — incorpore quelques sonorités et des influences des débuts du psychédélisme tandis que la majeure partie de l'air reste fondé sur un Rhythm and blues sombre et morose. Il est difficile de dire avec précision les musiciens présents lors de l'enregistrement final ainsi que les instruments qu'ils utilisaient. De plus l'instrumentation diffère (car l'enregistrement est en stéréo) entre la plage droite et la plage gauche. On peut néanmoins conjecturer l'instrumentation suivante :

Étant une des chansons les plus appréciées d'Aftermath, Under My Thumb fut interprétée à la sortie de l'album (vers 1966) dans une version très ressemblante à la version studio, avec toutefois un tempo légèrement accéléré. Les parties de marimba étaient pour des raisons logistiques évidentes remplacées par des riffs de guitares, comme on peut le constater dans l'enregistrement live de l'époque, Got Live If You Want It! (1966). La chanson fut ensuite au fur et à mesure délaissée des concerts, au profit de nouveaux tubes. C'est durant l'interprétation de cette chanson (et non de Sympathy for the Devil, comme le veut une vieille rumeur)6 lors du festival d'Altamont (1969) que fut tué Meridith Hunter, noir américain, par des Hells Angels alors qu'il avait sortit une arme en se rapprochant de la scène. Au début des années 1980, plus précisément lors des tournées aux États-Unis et en Europe de 1981 et 1982, l'époque étant à la fois un retour au source et un retour au succès pour les Stones, ceux-ci réinterprétèrent en concert Under My Thumb dans une version retravaillée, new wave, presque méconnaissable, en faisant appel à beaucoup de guitares qui tirent vers une musique metal. Cette version, que l'on peut retrouver sur Still Life: American Concert 1981 (1982) n'est pas beaucoup appréciée par les fans « puristes ».

Musiciens

Under My Thumb

  • Chanson de The Rolling Stones
  • extrait de l'album Aftermath 
  • Sortie : Royaume-Uni 15 avril 1966, États-Unis, Canada 20 juin 1966
  • Enregistré : 6 au 9 mars 1966
  • Studios RCA à Hollywood
  • Durée : 3:41
  • Genre : Rhythm and blues, rock psychédélique
  • Auteur-compositeur : Jagger, Richards
  • Producteur : Andrew Loog Oldham
  • Label : Decca / ABKCO

Rédigé par Rolling Stones Stories

Publié dans #Chansons

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article