Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Rolling Stones Stories

Lightnin' Hopkins

Sam "Lightnin'" Hopkins (15 mars 1912 - 30 janvier 1982) est un chanteur et guitariste de blues texan.

Lightnin' Hopkins
Lightnin' Hopkins
Lightnin' Hopkins
Lightnin' Hopkins
Lightnin' Hopkins

Sam Hopkins est né à Warren's Bottom, enclave de Centerville au Texas, fils de Abe et Frances "Sims" Hopkins en 1912. Après la mort de son père en 1915, sa famille (sa mère et ses cinq frères et sœurs) déménagent pour Leona. Il s'initie très jeune à la musique, imitant ses frères Joel et John Henry : à huit ans, il confectionne sa première guitare avec une boîte de cigare et du grillage à poule pour les cordes et à dix ans, il commence à jouer avec son cousin, le chanteur de country blues Alger "Texas" Alexander, il quitte l’école et vit en errant. En 1920, il rencontre Blind Lemon Jefferson lors d'un rassemblement annuel de baptistes à Buffalo. Blind Lemon Jefferson l'encourage à continuer. Le 21 septembre 1928, il épouse Lacy Elamer, qui le rend père de Anna Mae, née le 28 août 1929.

Au milieu des années 1930, il reprend sa vie d'errances avec son cousin, a quitté sa femme depuis quelque temps, t travaille comme chain gang un séjour à la prison de Houston, la Houston County Prison Farm, l'oblige à mettre de côté la musique. À sa sortie de prison, il retrouve Alexander et se remet à jouer avec lui dans les clubs de blues. En 1946, il est découvert par Lola Anne Cullum du label Aladdin Records de Los Angeles qui l'enregistre pour la première fois. Il est associé pour l'occasion avec un pianiste du nom de Wilson "Thunder" Smith et c'est à la suite de cette association que Sam Hopkins reçoit son surnom Lightnin' (en anglais thunder signifie « tonnerre » et lightning « éclair »). Katie May, la chanson qui sort de cette première séance d'enregistrement, devient rapidement un succès.

Le talent d'Hopkins impressionne le label si bien qu'il est de nouveau appelé pour une nouvelle séance d'enregistrement en 1947. Par la suite, Hopkins enregistre 43 autres fois pour Aladdin Records. Bien qu'il enregistre de façon prolifique entre 1946 et 1954, la plupart de ses enregistrements ne sortent pas de la communauté noire. Il lui faut attendre 1959 et sa rencontre avec le producteur Sam Chambers pour que sa musique devienne populaire auprès du public blanc. Hopkins se tourne alors vers une guitare acoustique et devient une célébrité lors du renouveau du folk blues des années 1960. À la fin de cette décennie, il fait l'ouverture de grands groupes de rock psychédélique comme le Grateful Dead et Jefferson Airplane. En 1968, il enregistre même un album accompagné par le groupe de rock les 13th Floor Elevators.

Au début des années 1970, son succès l'amène à faire une tournée en Europe où il joue pour la reine Élisabeth II. Après 1974, sa santé fragile le contraint à s'éloigner des studios d'enregistrement. Lightnin' Hopkins meurt le 30 janvier 1982 d'un cancer de l'œsophage à Houston. Ses funérailles réunissent plus de 4 000 personnes dont de nombreux fans et musiciens. Lightnin' Hopkins a enregistré plus de 85 disques, faisant sans doute de lui un des bluesmen les plus prolifique de l'histoire. Parmi ses plus grands succès, on peut citer : Katie May, Baby please don't go (chanson que Big Joe Williams écrivit en 1935, ensuite reprise par Lightnin' Hopkins et de nombreux chanteurs de blues ainsi que par plusieurs groupes de rock tels les Them, Aerosmith ou ACDC), Shotgun Blues, Abilene et Short Haired Woman ainsi que son chef-d'œuvre Mojo Hand. Bien qu'il soit un joueur de blues plutôt solitaire, son album avec Sonny Terry "Last Night Blues" fut un grand succès.

Lors de ses premiers enregistrements pour Aladdin Records, on peut l'entendre chantant et jouant seul à la guitare acoustique, parfois accompagné par le piano de Wilson "Thunder" Smith, dans un style d'apparence simple et assez épuré. Par la suite, Lightnin' Hopkins développe un jeu à la guitare électrique se faisant accompagner par une section rythmique complète avant de revenir à la guitare acoustique lors du renouveau du folk blues des années 1960. Hopkins a eu une grande influence sur le travail de Jimmie Vaughan ainsi que sur la voix et le style de Ron "Pigpen" McKernan le clavier du Grateful Dead jusqu'en 1972. Par ailleurs, le groupe de rock R.E.M. inclut dans leur album Document de 1987 une chanson dont le titre est Lightnin' Hopkins. En 1969, Lightnin' Hopkins est le sujet principal d'un documentaire qui remporte le prix du meilleur documentaire au festival de Chicago en 1970 : The Blues Accordin' to Lightnin' Hopkins (1969). Réalisé par Les Blank et Skip Gerson. 

Discographie

  • Lightnin' and the Blues (Herald), 1955
  • Lightnin' Hopkins Strums the Blues (Score), 1959
  • Lightnin' Hopkins (Folkways), 1959
  • Country Blues (Tradition Records), 1960
  • Last Night Blues (Bluesville Records), 1960
  • Lightnin' (Bluesville), 1960
  • Lightnin' in New York (Candid Records), 1960
  • Autobiography in Blues (Tradition), 1961
  • Blues in My Bottle (Bluesville), 1961
  • Walkin' This Road By Myself (Bluesville), 1962
  • Mojo Hand (Fire Records), 1962
  • Lightnin' and Co. (Bluesville), 1962
  • Lightnin' Strikes (Vee-Jay Records), 1962
  • Blues Hoot, with Sonny Terry, Brownie McGhee, and Big Joe Williams, recorded live at The Ash Grove, 1961 (Vee-Jay Records), 1963
  • Smokes Like Lightnin' (Bluesville), 1963
  • Goin' Away (Bluesville), 1963
  • Down Home Blues (Bluesville), 1964
  • Coffee House Blues, with Sonny Terry and Brownie McGhee (VJ Records VJLP-1138 stereo), 1964
  • Hootin' the Blues (Bluesville), 1965
  • Lightnin' Strikes (Tradition), 1965
  • The Roots of Lightnin' Hopkins (Verve Folkways), 1965
  • Soul Blues (Bluesville), 1966
  • My Life in the Blues (Bluesville), 1967
  • Original Folk Blues (Kent Records), 1967
  • Lightnin'! (Arhoolie Records), 1967
  • Freeform Patterns (International Artists), 1968
  • California Mudslide (and Earthquake) (Vault Records slp129), 1969
  • Swarthmore Concert Live, 1964, 1991
  • Sittin' In with Lightnin' Hopkins (Mainstream Records), 1991
  • The Hopkins Bros., with his brothers Joel and John Henry (Arhoolie Records), 1991
  • The Complete Aladdin Recordings (EMI Blues Series), 1991
  • Lonesome Life (Home Cooking/Collectables), 1992
  • It's a Sin to Be Rich (Gitanes Jazz Productions), 1992
  • Mojo Hand: The Lightnin' Hopkins Anthology (Rhino Records), 1993
  • Texas Blues (Arhoolie Records), 1994
  • Po' Lightning, 1995
  • The Very Best of Lightnin' Hopkins (Rhino Records), 1999
  • Dirty House Blues (Not Now Music), 2012

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article