Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Rolling Stones Stories

Les Rolling Stones font trembler Cuba

Les Rolling Stones font trembler Cuba
Les Rolling Stones font trembler Cuba

À la suite du président américain Barack Obama, les Rolling Stones ont marqué de leur empreinte l’histoire de Cuba ce vendredi 25 mars. Devant 500.000 personnes réunies à La Havane, le groupe est devenu, le temps d’une journée, le point focal de la vie de l’île. Le logo emblématique de la langue fleurit sur les T-shirts à travers la Havane. « Savez-vous que les Rolling Stones jouent ce soir?  » demandent les chauffeurs de taxi, les barmans et les habitants, comme pour se confirmer que le concert est bien réel.

En plus d’être bien réel, il est gratuit. En face de la Ciudad Deportiva de la Habana, pas un seul vendeur de T-shirt ou revendeur de billet. Pour un peso cubain convertible, il est possible d’acheter à l’extérieur un cône de pop-corn ou un CD pirate. Des militaires en uniforme traditionnel sont présents sans avoir à agir, malgré une atmosphère chargée pour le plus grand concert jamais donné à Cuba.

Keith Richards entame les premiers riffs du classique « Jumpin ‘Jack Flash » à 20 heures 34. Dans la fosse, on peut apercevoir des drapeaux cubains, mais également mexicains, argentins et même quelques Union Jack. Jagger salue le public cubain dans leur langue maternelle, entre « It’s Only Rock ‘n Roll (But I Like It)  » et« Tumbling Dice « .  » C’est un jour nouveau, » lance le chanteur face à la foule en délire.«Nous savons qu’il fut un temps où il était difficile d’écouter notre musique à Cuba, mais nous sommes ici. Je pense que finalement les temps changent, n’est-ce pas ? » poursuit le chanteur, en clin d’ œil à l’ancien statut hors la loi de la musique des Stones dans l’île.

Après les standards « Angie » et « Paint It Black, » Keith Richards prend le micro pour interpréter « You Got Silver, » accompagné par Ronnie à la guitare. « Peut-être que je vais rester ici pour toujours » savoure Keith, bientôt rejoint par Mick pour un jam sur « Midnight Rambler. »  Après une douzaine de chansons, les Stones entament  » Gimme Shelter « . La voix de Jagger aura été solide à de nombreux moment de cette soirée, mais jamais il n’aura été plus en forme qu’avec ce duo avec la choriste Sasha Allen. Le communisme cubain a beau être en perte de vitesse, il n’en est pas de même pour Mike Jagger, toujours en pleine forme après une heure de show.

Comme souvent, les Stones font venir une chorale locale pour ouvrir  » You Can’t Always Get What You Want  » , avant de clore le concert par « (I Can’t Get No) Satisfaction. » La manière dont le public reprend le refrain entonné par Jagger laisse penser que la communauté de la musique piratée a été florissante au cours des cinq dernières décennies à Cuba. Pour une première visite des Stones à Cuba, le concert ressemblait à une réunion d’amis de longue date. À la fin de leur tournée en Amérique du sud et au Mexique, cette soirée aura marqué une pause pour le groupe légendaire, mais également un nouveau chapitre dans l’histoire de la musique à Cuba.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article