Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Rolling Stones Stories

James Jagger : "Je préfère les Kinks aux Rolling Stones"

James Jagger : "Je préfère les Kinks aux Rolling Stones"

Actuellement à l'affiche de Vinyl, la série de HBO créée par Martin Scorsese et Mick Jagger, le fils de ce dernier a avoué préférer les Kinks au groupe de son père.

James Jagger : "Je préfère les Kinks aux Rolling Stones"

Dimanche 14 février débutera sur la chaîne HBO aux Etats-Unis (sur OCS City le lendemain, en France) la série Vinyl . Le pitch ? Quarante ans de musique racontés à travers les yeux de Richie Finestra (Bobby Carnaval), un producteur et patron de maison de disques qui tente dans les années 1970 de faire renaître de ses cendres son label en trouvant de nouveaux sons et de nouveaux talents alors qu'il traverse une crise de la quarantaine. Le tout sur fond de sexe, drogue, punk et disco. Aux commandes de cette nouvelle fiction, on retrouve un trio de choc : Martin Scorsese à la réalisation, Mick Jagger à la production et au scénario Terence Winter, qui travailla notamment sur Les Soprano, Boardwalk Empire et Le Loup de Wall Street.

Côté casting, l'affiche n'est pas moins prestigieuse, avec les noms d'Olivia Wilde (Dr House), Juno Temple (Maléfique) et James Jagger, le fils de Mick. Interviewé par The Independant, ce dernier a fait une révélation qui en fera sourire plus d'un. "Quand on me demande si je préfère les Rolling Stones ou les Beatles, je réponds toujours les Stones", explique l'acteur de 30 ans dans les colonnes du quotidien britannique. Avant d'ajouter : "Mais si quelqu'un me demande lequel je préfère entre les Rolling Stones ou les Kinks, je choisis les Kinks."

Vinyl symbolise un des premiers rôles importants de James Jagger en tant qu'acteur. Le jeune homme est également musicien puisqu'il tient la guitare dans un groupe punk baptisé Turbogeist, à des années-lumière de ce que faisait son père avec les Rolling Stones. En 2007, il confiait à The Independent : "Je me suis toujours dit que mon nom de famille était une sorte de malédiction plutôt qu'une bénédiction. Je pensais que (les critiques) me descendraient sans prendre en compte mon jeu d'acteur car je suis le fils de mon père. J'étais donc choqué de lire de bonnes critiques." D'après les bons échos qui circulent autour de Vinyl, James Jagger n'a pas fini d'être choqué.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article