Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Rolling Stones Stories

Mick Jagger: "Avec David (Bowie) nous partagions le goût de la fête !"

Mick Jagger: "Avec David (Bowie) nous partagions le goût de la fête !"

Mick Jagger évoque l’industrie du disque en produisant une série télé. L’occasion pour lui de se remémorer ses bons instants avec son ami récemment disparu…

Mick Jagger: "Avec David (Bowie) nous partagions le goût de la fête !"

À plus de 70 printemps, le leader des Stones continue de se diversifier. On connaissait le papy du rock, l’auteur-compositeur de génie, l’acteur inspiré à ses heures, mais saviez-vous que le filiforme Sir anglais était également un producteur avisé ? Aujourd’hui, avec la complicité de Martin Scorsese, l’interprète de I Can’t get no Satisfaction a mis quelques billes et beaucoup de livres sterling dans Vinyl, une des séries les plus attendues de 2016 aux États-Unis. Au programme ? Sex, drugs and Rock’n roll. Un triptyque que la star connaît sur le bout des doigts !

Le réalisateur Martin Scorsese vient de nous révéler que cela faisait des années que vous aviez ce projet commun en tête. Combien de vos expériences personnelles, notamment dans l’industrie du disque, vous avez mis dans ce tv show ?

"J’ai voulu produire cette série parce que l’industrie du disque est un monde qui m’a toujours fasciné. Notamment à cause des étranges individus qui gravitaient autour de ce monde à mes débuts. Vous aviez de tout, des businessmen, des prostituées, des gens qui vous faisaient des courbettes, des escrocs. Bref, des personnages si haut en couleurs que je me suis dit qu’un jour il faudrait raconter leur histoire et les mettre en valeur ! Il y a aussi des traits de caractère de personnes qui ont travaillé avec nous. Des types tellement décalés que nous avons injecté leurs qualités et leurs défauts dans d’autres personnages fictionnels de la série. La plupart d’entre eux sont le fruit de mes fréquentations personnelles. Mais pas seulement. Nous leur avons donné aussi une existence propre en nous documentant via des livres ou des articles de presse. Nous avons fait des tas de recherches, vous savez, quand nous avons écrit le script ! Nous avons également interviewé des dizaines et des dizaines de gens. Ce qui était essentiel pour nous, c’est de réussir à trouver le ton et surtout leur jargon ! Dans tous les corps de métier, vous avez un vocabulaire spécifique et celui utilisé dans le business du disque était très imagé. Une sorte de dialecte ! En ce qui concerne mon input personnel, je dois dire que je connais assez bien le monde de la musique. Ces dernières décennies, j’ai eu tout le loisir de voir comment il fonctionnait…"

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article