Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Rolling Stones Stories

The Beatles

The Beatles est un groupe Musical britannique originaire de Liverpool. Composé de John Lennon, Paul McCartney, George Harrison et Ringo Starr, il demeure, en dépit de la séparation de ses membres en 1970, l’un des groupes de rock les plus populaires Au monde. En douze ans d’existence, et seulement sept ans de carrière discographique, les Beatles ont sorti douze albums, de 1963 à 1970, et ont composé plus de 200 chansons, soit en moyenne un album tous les neuf mois, productivité particulièrement remarquable dans la période 1963-1966, où, entre les tournées incessantes et la participation à deux longs métrages, ils ont publié sept albums, treize singles et douze maxis.

The Beatles
The Beatles
The Beatles
The Beatles
The Beatles
The Beatles
The Beatles
The Beatles

Les chansons des Beatles ont marqué les années 1960 — elles sont même considérées comme la « bande-son » de cette décennie — et les générations suivantes, et leurs mélodies ont été adaptées à de nombreux genres Musicaux, notamment le jazz, la salsa, le reggae ou la musique classique (symphonique) et baroque. Au XXIe siècle, le groupe jouit toujours d’une grande popularité ; ses chansons sont jouées et reprises dans le monde entier. Le duo d’auteurs-compositeurs Lennon/McCartney reste célèbre comme créateur de standards qui ont fait l’objet de milliers d’adaptations dans les décennies suivantes. Les Beatles demeurent les artistes ayant vendu le plus grand nombre de disques au monde. Ce chiffre était déjà estimé par EMI dans les années 1980 à plus d’un milliard de CD, vinyles et même 78 tours en Inde vendus à travers la planète, et il a continué à augmenter jusqu’à aujourd’hui. Par ailleurs, un biographe de Paul McCartney a calculé qu’à tout moment, l’une des interprétations de la chanson Yesterday (on en dénombre plus de 3 000 était jouée par une radio quelque part dans le monde.

« Placés à la proue » de l’évolution de la jeunesse et de la culture populaire des années 1960, leur style, leur habillement, leurs discours, leur popularité planétaire, leurs consciences sociale et politique grandissantes Au fil du temps, ont étendu l’influence des Beatles bien au-delà de la musique, jusqu’aux révolutions sociales et culturelles de leur époque. « Rien ne m’a vraiment touché jusqu’au jour où j’ai entendu Elvis. S’il n’y avait pas eu un Elvis, il n’y aurait pas eu les Beatles. » John Lennon est un adolescent de Liverpool élevé par sa tante « Mimi » — Mary Elizabeth de son vrai nom. Son père, Alfred « Freddie » Lennon, un marin, a rapidement délaissé sa mère, Julia Stanley, et son enfant qu’elle n’avait pas les moyens de garder seule auprès d’elle. Dès qu’il découvre Presley et le rock ’n’ roll, John veut devenir musicien, se procure une guitare et ne tarde pas à monter son premier groupe, The Quarrymen.

Le 6 juillet 1957, à Woolton dans la banlieue de Liverpool, John Lennon, qui a alors 16 ans, et son groupe de skiffle donnent un concert pour la fête paroissiale de l’église St. Peter. À la fin du concert, Ivan Vaughan, un ami commun, présente Paul McCartney à John Lennon. Paul prend alors une guitare et joue Twenty Flight Rock d’Eddie Cochran devant un John un peu éméché mais néanmoins très impressionné. Quelques jours plus tard, Pete Shotton, autre membre des Quarrymen propose à Paul de se joindre Au groupe. Celui-ci, qui n’a que 15 ans, accepte. En février 1958, sur l’insistance de Paul, et malgré les réticences de John qui le trouve trop jeune, George Harrison intègre le groupe comme guitariste solo. À trois – guitaristes et chanteurs – Au sein d’une formation à géométrie variable qui s’appellera à tour de rôle, The Rainbows et Johnny and the Moondogs, avec ou sans batteur, ils jouent dans les clubs de Liverpool, comme le Jaracanda, un coffee-shop dirigé par Alan Williams qui officie en tant qu’agent pour le groupe débutant. Ils se produisent également Au Casbah, dirigé par Mona Best, la mère de leur futur batteur Pete Best. D’autres portes s’ouvrent ensuite, dont le Cavern Jazz Club, alors que le rock ’n’ roll et le Mersey Beat, les styles des groupes de Liverpool, deviennent populaires dans cette ville.

Autodidactes, influencés par le rock ’n’ roll (Elvis Presley pour commencer, mais également Chuck Berry, Buddy Holly, Little Richard, Gene Vincent et bien d’autres) et le blues noir américain, ils jouent les morceaux de rock du moment « à l’oreille », sans partitions. Mais dès le départ aussi, John Lennon et Paul McCartney s’associent et s’entendent pour écrire ensemble des chansons, par dizaines, affinant leur technique Au fur et à mesure. Quelques-unes d’entre elles ressortiront sur les albums des Beatles des années plus tard. Ils partagent également un drame qui les rapproche : Paul McCartney a perdu sa mère Mary, terrassée par un cancer du sein en 1956, tandis que la mère de John, Julia, meurt écrasée par une voiture conduite par un policier ivre en 1958. Les futurs « Fab Four » utilisent différentes variantes de leur nom (Beetles, Silver Beetles, Long John and the Silver Beatles, Silver Beats) avant de se fixer sur le mot-valise « Beatles » pendant l’année 1960. Il s’agit en fait de références Au groupe accompagnant Buddy Holly, The Crickets, et Au film L’Équipée sauvage avec Marlon Brando, où il est question d’un gang du nom de « Beetles » (« scarabées »). Il fait aussi référence Au rythme (beat) du rock ’n’ roll (appelé beat music). Les quatre adoptent définitivement cette appellation (attribuée à John Lennon et Stuart Sutcliffe) en août 1960, lorsque débute leur premier engagement sérieux, que leur a déniché Alan Williams à Hambourg, où ils vont rencontrer Klaus Voormann et Astrid Kirchherr.

Bruno Koschmider, propriétaire de l’Indra Club et du Kaiserkeller engage donc les Beatles à Hambourg, sur les indications d’Allan Williams. Cinq jours avant de partir pour l’Allemagne, le 17 août 1960, ils ont auditionné et engagé Pete Best comme batteur, alors que Stuart Sutcliffe est leur bassiste depuis le début de l’année. Mais ce dernier, copain de John Lennon, qui a pu rejoindre le groupe tout simplement parce qu’il avait assez d’argent (artiste-peintre en devenir, il a vendu une de ses toiles) pour s’acheter un instrument, ne sait pas en jouer. Il se produit dos Au public afin que cela ne se voie pas. Ou carrément, joue sans que son instrument ne soit branché à un ampli. Sutcliffe tombe amoureux d’Astrid Kirchherr (qui prend les premières photos du groupe, des clichés restés célèbres) et décide de rester à Hambourg en 1961 lorsque ses camarades regagnent l’Angleterre. Entre leurs différents voyages en Allemagne, ils continuent à se produire à Liverpool et dans ses environs, se constituant un solide noyau de fans, mais restent inconnus au-delà du « Merseyside », se retrouvant notamment, en décembre 1961, à jouer devant 18 personnes à Aldershot dans la lointaine banlieue de Londres.

Paul McCartney, jusque-là guitariste Au même titre que John Lennon et George Harrison, est devenu le bassiste du groupe (ses deux camarades n’étant pas enthousiastes pour tenir ce rôle) après le départ de Sutcliffe. Lequel décède à 21 ans le 10 avril 1962 d’une congestion cérébrale, trois jours avant que les Beatles ne posent à nouveau le pied sur le sol allemand pour un nouvel engagement de sept semaines Au Star Club. Les Beatles font en tout cinq séjours à Hambourg (d’août à novembre 1960, de mars à juillet 1961, d’avril à mai 1962, puis en novembre et en décembre 1962), le premier d’entre eux étant interrompu simultanément par le renvoi en Angleterre de George Harrison car il est encore mineur et les expulsions de Paul McCartney et Pete Best pour avoir involontairement mis le feu à leur loge. Pour satisfaire le public des clubs de la cité hanséatique, les Beatles élargissent leur répertoire, donnent des concerts physiquement éprouvants, et recourent aux amphétamines pour rester éveillés. Les jeunes gens sont par ailleurs logés dans des conditions difficiles, quasiment insalubres.

D’autres groupes liverpuldiens se produisent à Hambourg, comme Rory Storm and the Hurricanes, dont le batteur se nomme Ringo Starr. Les Beatles envient sa notoriété et apprécient sa compagnie. Les deux groupes partagent l’affiche de très nombreuses fois à Liverpool, et se retrouvent Au Kaiserkeller du côté de la Reeperbahn pendant plus d’un mois en octobre et novembre 1960 où Ringo aura l’occasion de jouer avec eux. C’est aussi à Hambourg qu’ils décrochent leur premier contrat d’enregistrement, chez Polydor, et en tant qu’accompagnateurs du chanteur et guitariste Tony Sheridan. Le 45 tours My Bonnie par Tony Sheridan and The Beat Brothers est publié en octobre 1961. « J’ai grandi à Hambourg, pas à Liverpool » dira plus tard John Lennon. Évoquant cette période des débuts, il racontera aussi : « Quand les Beatles déprimaient et se disaient « On n’ira jamais nulle part, on joue pour des cachets merdiques, on est dans des loges merdiques », je disais « Où on va, les potes ? », et eux, « Tout en haut, Johnny ! », et moi « C’est où ça ? », et eux « Au plus top du plus pop ! » (to the toppermost of the poppermost), et moi « Exact ! ». Et on se sentait mieux. »

Par ailleurs, nostalgique de cette époque « cuir », on entend aussi John Lennon expliquer dans le disque Anthology 1 : « Ce que nous avons fait de meilleur n’a jamais été enregistré. Nous étions des performers, nous jouions du pur rock (straight rock) dans les salles de danse (Dance Halls), à Liverpool et à Hambourg, et ce que nous générions était fantastique. Il n’y avait personne pour nous atteindre en Grande-Bretagne (There was nobody to touch us in Britain). » En 2008, Hambourg a dédié une place de la ville Au groupe. À leur retour d’Allemagne, les Beatles ont acquis la maturité qui leur manquait, techniquement d’abord, sur scène ensuite. Après leurs deux premiers voyages formateurs à Hambourg, le 9 novembre 1961, Brian Epstein vient voir les Beatles Au Cavern Club de Liverpool, le café souterrain où ils se produiront près de 300 fois jusqu’au 3 août 1963. Disquaire à l’origine, Epstein n’a jamais dirigé de formation Musicale auparavant mais connaît quelques-uns des à-côtés qui mènent à la popularité d’un artiste. Il va devenir leur mentor et les propulser Au rang de musiciens professionnels. Il va leur faire abandonner les vêtements en cuir pour une nouvelle tenue vestimentaire. Il va gommer leur image de sauvages.

Les Beatles devront maintenant jouer en complet veston, comme les professionnels, avec leur coupe de cheveux caractéristique. Inventée par Astrid Kirchherr pour certains, par John Lennon et Paul McCartney à l’issue d’un court séjour à Paris en septembre 1961, pour d’autres, la « coupe Beatles » était déjà celle du personnage Moe dans Les Trois Stooges. Brian Epstein fait aussi le tour des maisons de disques afin de leur faire signer un contrat d’enregistrement. Epstein multiplie sans succès les tentatives auprès des grandes compagnies discographiques. Un échec chez Decca restera célèbre. Les Beatles y sont auditionnés le 1er janvier 1962 en enregistrant 15 titres en une heure. Dick Rowe, le directeur artistique (A&R) de Decca, sera surnommé dans le milieu « The Man who turned down the Beatles » (l’homme qui rejeta les Beatles) pour avoir dit Au jeune manager « Rentrez chez vous à Liverpool, M. Epstein, les groupes à guitares vont bientôt disparaître ». 

Finalement, seul George Martin, alors producteur chez Parlophone, une division d’EMI, se montre intéressé. Début mai, Brian Epstein lui a fait écouter les bandes Decca rendez-vous est fixé pour une audition dans les studios EMI d’Abbey Road, le 6 juin 1962. Quatre jours après être revenus d’Hambourg où ils honoraient un engagement Au Star Club, leur 3e séjour dans la ville allemande, les Beatles arrivent aux studios de la route de l’abbaye. George Harrison raconte ainsi cette première audition « Les autres membres du groupe m’ont presque tué lorsque George Martin nous a enregistrés pour la première fois. En nous rejouant la bande, il nous a demandé : « Y a-t-il quelque chose qui ne vous plaît pas ? » Je l’ai regardé et j’ai dit : « Pour commencer, je n’aime pas votre cravate », et les autres : « Oh non ! On essaie de décrocher un contrat ici ! » Mais George avait lui aussi le sens de l’humour. » « Ça a brisé la glace ! », note-t-on du côté du personnel technique des studios EMI. George Martin a une Intuition. Il décèle le potentiel des Beatles et décide de les « signer », mais il n’aime pas beaucoup le style de Pete Best et suggère de le remplacer pour les premières véritables sessions d’enregistrement. Le groupe ne se fait pas prier et s’en sépare en août 1962 pour le remplacer par Ringo Starr, avec qui les affinités sont bien plus grandes. Une éviction brutale, qu’ils n’annoncent même pas eux-mêmes à Pete Best – c’est Brian Epstein qui s’en chargera. Ce renvoi ne sera pas sans conséquence. George Harrison explique :

« On avait joué Au Cavern Club et les gens hurlaient « Pete est le meilleur ! » (jeu de mots avec « Best » en anglais), « Ringo jamais, Pete toujours ! » C’était devenu lassant, et je me suis mis à les engueuler. Après le concert, on est sortis des loges, on est entrés dans un tunnel tout noir, et il y a quelqu’un qui m’a balancé un coup de poing dans le visage. Je me suis retrouvé avec un œil Au beurre noir. Qu’est-ce qu’il ne fallait pas faire pour Ringo ! » Ils enregistrent les 4 et 11 septembre de la même année leur premier single, Love Me Do. Pour la version de Love Me Do présente sur l’album Please Please Me, le batteur est Andy White, musicien de studio, tandis que sur le single publié le 5 octobre 1962, c’est Ringo Starr qui tient la batterie ; George Martin ne voulait pas prendre de risques avec un autre batteur qu’il considérait médiocre. Toutefois, Ringo Starr – qui n’a jamais oublié cette « humiliation » – joue du tambourin sur la version de l’album, et ce premier titre publié par EMI sera pratiquement le seul où ce n’est pas lui qu’on entend derrière les « fûts ». À l’instigation de Brian Epstein qui met à profit son expérience de disquaire, les Beatles vont désormais alterner des sorties de disques isolées (« 45 tours » ou « singles ») qui ne sont pas sur les albums et d’albums dont sont extraits des singles lancés plus tard, accréditant ainsi l’idée qu’acheter un album des Beatles est une « valeur sûre » où l’on trouve déjà « les succès que les autres ne découvriront que demain ».

Pete Best, amer de son éviction des Beatles, sort son propre album, Best, of the Beatles (la virgule a son importance), dont la pochette est une photo où il est batteur du groupe et entouré des autres, mais celui-ci reste anecdotique. Les bizarreries des Beatles les plus recherchées de l’époque ont été leurs premiers enregistrements avec Tony Sheridan, les fameuses « bandes Decca » de janvier 1962 (que l’on finit par entendre en partie trois décennies plus tard sur le disque Anthology 1), leurs chansons, qu’ils interprètent en allemand et où ils se contentent de réenregistrer leur voix sur les bandes instrumentales existantes (finalement publiées sur le disque Past Masters, Vol. 1 en 1988), et des chansons sorties en 78 tours en Inde.

Les Beatles - George Harrison
Les Beatles - George Harrison
Les Beatles - George Harrison
Les Beatles - George Harrison
Les Beatles - George Harrison

Les Beatles - George Harrison

Le 5 octobre 1962 sort Love Me Do qui n’atteint que le 17e rang Au palmarès britannique. Ce n’est pas encore la « Beatlemania », mais il s’agit là d’une grande satisfaction pour le groupe, particulièrement Au moment où le titre passe à la radio. Mais leur deuxième 45 tours, Please Please Me, dont les paroles sont ambiguës pour l’époque (« You don’t need me to show the way, Girl », que l’on peut traduire par « tu n’as pas besoin que je te montre la voie, fille ») est propulsé Au premier rang. Les Beatles obtiennent ainsi l’occasion d’enregistrer un album complet, ce qu’ils feront en 585 minutes (9h45) le 11 février 1963. Intitulé Please Please Me et sorti le 22 mars 1963, cet album atteint également la tête du hit-parade où il se maintient durant sept mois.

Partie de Liverpool — où ils continuent jusqu’en août 1963 à enflammer le Cavern Club —, la popularité des Beatles se répand dans tout le Royaume-Uni qu’ils sillonnent inlassablement, y effectuant quatre tournées cette année-là. Les succès se suivent : From Me To You en avril, puis She Loves You en août sont classés nº 1 Au hit-parade. She Loves You et son fameux « Yeah Yeah Yeah ! » rend les Beatles célèbres dans toute l’Europe. Leur passage, le 13 octobre 1963 dans le très populaire show télévisé londonien Sunday Night at the Palladium marque le début du phénomène que la presse britannique baptise la « beatlemania ». Disquaires pris d’assaut, ferveur généralisée, jeunes filles en transe… Le groupe va aligner douze n° 1 successifs dans les charts britanniques de 1963 à 1966, jusqu’à la publication en février 1967 du single « double face A » Strawberry Fields Forever/Penny Lane, seulement n° 2 (mais premier aux États-Unis).

Le 4 novembre 1963, les quatre musiciens de Liverpool se produisent devant la famille royale Au Prince of Wales Theatre de Londres pour le Royal Command Performance, où un John Lennon, irrévérencieux, avant de se lancer dans l’interprétation de Twist And Shout dit Au public : « On the next number, would those in the cheaper seats clap Your Hands ? All the rest of You, if you’ll just rattle your jewelry ! / Pour notre prochain titre, est-ce que les gens installés dans les places les moins chères peuvent taper dans leurs mains ? Et tous les autres, agitez vos bijoux ! » En 1963, John Lennon et Paul McCartney écrivent partout, à n’importe quel moment, dans le bus qui les amène d’un lieu de concert à l’autre, dans leurs chambres d’hôtel, dans un coin des coulisses avant de monter sur scène, dans l’urgence avant d’enregistrer, quelquefois en une seule prise, autant de titres qui vont marquer leur histoire et celle de la musique rock. En tête des hit-parades, Please Please Me n’est remplacé à la première place que par le deuxième album du groupe, With the Beatles, publié le 22 novembre 1963. Ces deux disques sont exportés aux États-Unis respectivement sous les noms de Meet the Beatles et The Beatles’ Second Album, en ayant préalablement subi divers traitements tels que le raccourcissement de la liste des chansons, la modification de l’ordre des pistes, ou bien celle du son (écho, stéréo, etc.).

Dans un premier temps, les maisons de disques américaines affichent leur mépris pour ce qu’elles pensent être un phénomène passager. Leur cinquième 45 tours, I Want To Hold Your Hand, est leur premier nº 1 sur le marché américain et y reste du 1er février au 14 mars 1964. Il sera détrôné par She Loves You du 21 Au 28 mars, suivi de Can’t buy me Love du 4 avril Au 2 mai. Le classement du Billboard Hot 100 du 31 mars 1964 aux États-Unis fait apparaître cinq titres des Beatles aux cinq premières places : la « beatlemania » qui avait débuté Au Royaume-Uni se propage de l’autre côté de l’Atlantique, et dans le monde entier.  La « Beatlemania » fut un phénomène d’ampleur et à plusieurs facettes. La jeunesse prend goût à se coiffer et s’habiller « à la Beatles », comme en témoignent les photos de l’époque prises dans les rues. Ils deviennent des trend-setters, expression anglophone que l’on peut traduire en français par faiseurs de mode ou leaders de tendances. Les disquaires se spécialisent sur la discographie des Beatles, et pour mieux gérer ses stocks, la société EMI/Parlophone propose la présouscription des albums et des singles à suivre, même s’ils sont encore à l’état de projet. Les pré-commandes atteignent dès lors des sommets astronomiques : par exemple, 2,1 millions pour Can’t buy me Love en 1964.

Des magazines spécialisés fleurissent, comme le célèbre Beatles Monthly, (aussi connu sous le nom de Beatles Book, 77 éditions de 1963 à 1969, intégralement republiées de 1977 à 1982) et se vendent comme des petits pains. L’atmosphère hystérique des concerts rend parfois ceux-ci presque inaudibles. Le premier ministre britannique, Harold Wilson, remarque néanmoins que ces artistes constituent pour le pays une excellente exportation, notamment en termes d’image : celle de jeunes gens souriants, polis, bien habillés, et pleins d’un humour très britannique lors des interviews. Ils sont décorés par la reine du Royaume-Uni, le 12 juin 1965, de la médaille de membre de l’Empire britannique (Member of the British Empire, ou MBE). C’est en fait la plus basse des décorations. Certains MBE — dont plusieurs sont des vétérans et des chefs militaires —, froissés, renvoient par dépit leur propre croix à Sa Très Gracieuse Majesté. John Lennon répliqua qu’il aimait mieux recevoir cette distinction en divertissant. Les vrais honneurs arrivent beaucoup plus tard, quand Sir James Paul McCartney est anobli en 1997.

Extrêmement liés, par le simple fait qu’ils sont les seuls à « vivre la beatlemania de l’intérieur », considérant se trouver dans l’œil du cyclone, voyant tout le monde s’agiter frénétiquement autour d’eux, se soudant autant que possible, très amis, les Beatles se voient affublés du surnom de « monstre à quatre têtes » Au plus fort du phénomène. Dans les années 1960, l’industrie Musicale est en pleine expansion. Désormais, il est possible de donner des concerts dans des salles de plus en plus grandes. À la télévision, les émissions sont de plus en plus regardées par un public familial. Les Beatles participent dès 1963 à de nombreux shows avec les animateurs les plus populaires de la télévision britannique et bientôt américaine, et sont les premiers à passer dans une émission diffusée en « Mondovision », dans le monde entier en juin 1967, avec la chanson All You Need Is Love. Depuis 1965, les Beatles ne chantaient pratiquement plus qu’en playback à la télévision et Paul s’en expliquait : « Nous faisons un très important travail de studio, corrigeant inlassablement la moindre imperfection avec une précision maniaque. Pas question d’offrir aux téléspectateurs, alors que ce son existe, un autre son déformé par les mauvais studios des plateaux de TV ». Toujours en 1965, les Beatles prennent la résolution de ne plus donner d’autographes : « Nous n’avons tout simplement pas assez de bras, et nous devons tout de même pouvoir utiliser nos guitares de temps en temps ! »

Les Beatles ont l’intelligence de mêler à des standards du rock comme Kansas City des chansons susceptibles de plaire à la génération précédente (Till There Was You, You Really Got A Hold On Me ; Besame Mucho reste dans les cartons). À noter que ces chansons, y compris Besame Mucho, font partie du répertoire des Beatles depuis Hambourg. Pour ne pas se faire cataloguer comme « mods » et perdre le public des « rockers », Brian Epstein a eu une idée : les Beatles, retrouvant un moment le cuir de leurs débuts, vont sortir un EP (extended play) de quatre titres de rock pur et dur (Matchbox, I Call Your Name, Long Tall Sally et Slow Down) qui est le « disque des initiés » et montre « ce que les Beatles savent vraiment faire quand ils le veulent ». Satisfaits par cet « os à ronger », les rockers ne dénigrent plus les Beatles eux-mêmes, mais les fans qui achètent leurs autres disques en ne sachant pas ce qu’est la vraie musique des Beatles, qui ont montré qu’ils savaient faire bien mieux que de la pop. Pour se concilier ce public — mais aussi pour se faire plaisir — la présence d’un « standard de rock » devient un « incontournable » des albums.

Dans le film A Hard Day’s Night, tourné en noir et blanc pour ne pas coûter trop cher — mais aussi pour masquer le fait qu’ils n’ont pas la même couleur de cheveux — et réalisé par Richard Lester, les Beatles orchestrent habilement leur propre légende, avec un humour très britannique. Cet humour devient délirant avec le film suivant, Help !, sorti à l’été 1965, en couleurs, où les Beatles se moquent d’eux-mêmes. On va jusqu’à les comparer aux Marx Brothers, ce que John estime excessif. George Harrison, lui, noue une solide amitié avec Eric Idle et le groupe des Monty Python. L’humour britannique reste une composante incontournable des Beatles. Quelques exemples tirés d’interviews :

« Que craignez-vous le plus ? La bombe atomique ou les pellicules ? (ricanements)

- La bombe atomique, puisque nous avons déjà des pellicules (hurlement de rire de l’auditoire) »

« Pouvez-vous nous chanter quelque chose ?

- L’argent d’abord ! »

« Répétez-vous beaucoup ?

- Pour quoi faire ? Nous jouons déjà en concert tous les soirs, vous savez. »

« Vous jouiez autrefois des standards. Pourquoi ne le faites-vous plus ?

- Parce que maintenant, nous en créons. »

« Ringo, êtes-vous des mods ou des rockers ?

- Personnellement, je suis un moqueur » (cette réplique sera reprise dans le film A Hard Day’s Night)

« Comment avez-vous trouvé l’Amérique ?

- En tournant à gauche Au Groenland ! » (cette réplique sera aussi reprise dans le film A Hard Day’s Night)

L’album Rubber Soul sera plus tard ainsi nommé pour pasticher l’expression « plastic soul » (qui se traduit par « âme influençable »). Rubber Sole, qui se prononce presque à l’identique, signifie « semelle de caoutchouc » ! John Lennon avait soigné son personnage avant-gardiste en écrivant en 1964 et 1965 deux livres de courtes nouvelles dans un style imagé et surréaliste, In His Own Write, puis A Spaniard in the Works. La critique de l’époque ne leur fait pas bon accueil, mais Christiane Rochefort traduit en français le premier sous le titre « En flagrant délire ». Entre-temps, le fan club des Beatles travaille à chouchouter un réseau de fans à qui on concède des bonus comme des photos inédites et des disques hors commerce offerts à Noël : un Christmas Record sortira ainsi chaque année durant les fêtes, jusqu’en 1968. Brian Epstein intervient pour la partie organisation et George Martin pour la partie Musicale. Dès le début des années 1960, George Martin fait à tout hasard enregistrer un album de musique symphonique inspirée des Beatles. Un autre, plus élaboré, suit bien plus tard pour le remplacer. Vers l’an 2000, un disque nommé Beatles Go Baroque et issu des pays de l’Est fait de même.

À l’avènement de leur gloire internationale, et donc en laissant de côté leurs prestations Au Star Club d’Hambourg et Au Cavern Club de Liverpool, c’est à l’Olympia de Paris et durant trois semaines (du 15 janvier Au 4 février 1964), à raison d’un, deux ou trois shows quotidiens, soit 41 apparitions en tout, que les Beatles ont joué le plus longtemps Au même endroit. Après un « tour de chauffe » Au cinéma Cyrano à Versailles, ils donnent leur premier spectacle à l’Olympia le 15 janvier. L’affiche est imposante et donne tout son sens Au mot « Music-hall ». Daniel Janin et son orchestre, les Hoganas, Pierre Vassiliu, Larry Griswold, Roger Comte, Gilles Miller et Arnold Archer, acrobates, jongleurs, humoristes, chanteurs se succèdent sur la scène avant la deuxième partie du spectacle avec les trois têtes d’affiche Au fronton du Boulevard des Capucines : Trini Lopez, Sylvie Vartan et les Beatles. Passant à chaque fois en dernier, est-ce à dire qu’ils sont les vedettes de cette série de shows ? Tout dépend en fait qui le public est venu voir, ce qui forgera son point de vue sur la question. Les passages des Beatles sont assez courts puisqu’ils ne jouent à chaque fois que huit titres : From Me To You, Roll Over Beethoven, She Loves You, This Boy, Boys, I Want To Hold Your Hand, Twist And Shout, Long Tall Sally.

La surprise pour eux, c’est que la salle est composée en majorité de garçons, et qu’ils n’entendent pas pour une fois, les cris féminins stridents qui les accompagnent d’habitude. Au fur et à mesure, et malgré quelques incidents techniques Au début, les Beatles conquièrent leur public. Durant leur séjour à Paris, les jours de relâche leur permettent d’aller faire un tour aux studios Pathé-Marconi de Boulogne-Billancourt. Le 29 janvier, ils y enregistrent leurs deux titres en langue allemande : Sie Liebt Dich (She Loves You) et Komm, Gib Mir Deine Hand (I Want To Hold Your Hand). Le premier est entièrement enregistré, voix et instruments (en 14 prises), le second n’est qu’un ajout vocal sur leurs propres pistes instrumentales. Le même jour, ils mettent également en boîte un nouveau tube composé par Paul : Can’t buy me Love.  C’est aussi à Paris que les Beatles apprennent qu’ils viennent de décrocher leur premier N°1 aux États-Unis : I Want To Hold Your Hand. Cette nouvelle provoque une grande scène de joie collective dans leur chambre du George-V ; Mal Evans raconte : « Quand je suis rentré dans la pièce je suis resté stupéfait. Debout sur un fauteuil, John prononçait une sorte de discours dont je n’arrivais pas à saisir un mot. George donnait des bourrades à Ringo et je me demandais encore ce qui se passait quand Paul me sauta sur le dos ! Ils étaient heureux comme des collégiens en vacances et, à la réflexion, je reconnais qu’il y avait de quoi. »

Trois jours après leur dernière prestation à l’Olympia, une foule immense est à leurs côtés à l’aéroport londonien d’Heathrow, Au moment où ils s’embarquent pour le Nouveau Monde. De l’autre côté de l’Atlantique, c’est encore la foule — plus de 3 000 fans — qui les attend lorsqu’ils se posent sur le tarmac de l’aéroport international John-F.-Kennedy de New York, le 7 février 1964. Un événement majeur va secouer l’Amérique moins de 48 heures plus tard : plus de 70 millions de personnes (soit 45 % de la population) assistent en direct à leur première prestation télévisée, lors du Ed Sullivan Show diffusé sur CBS le 9 février. Une audience record pour l’époque, qui reste encore de nos jours une des plus élevées de l’histoire, hors retransmissions sportives. Certains médias iront jusqu’à dire que cet événement télévisuel a redonné le moral à l’Amérique encore profondément traumatisée, 77 jours après l’assassinat du Président Kennedy.

Après un premier concert dans des conditions difficiles Au Coliseum de Washington — la scène est Au milieu de la salle, comme un ring, la batterie doit pivoter et les musiciens se retourner pour faire face à une partie ou à l’autre du public, le matériel fonctionne mal, etc. — et un nouveau passage dans le Ed Sullivan Show en direct de Miami le 16 février, les « Fab Four » (en français les « quatre fabuleux ») rentrent au pays. L’Amérique est emportée par la Beatlemania, un rendez-vous est pris pour une première tournée de 25 dates à travers le pays, à guichets fermés, du 19 août Au 20 septembre 1964. C’est pendant cette tournée estivale des États-Unis que les Beatles rencontrent Bob Dylan, et que ce dernier leur fait essayer la marijuana pour la première fois. Une découverte qui a une importance incontestable dans l’évolution de leur musique. La légende veut que Dylan ait pris le « I can’t hide » (« je ne peux le cacher ») de I Want To Hold Your Hand pour « I get high » (« je plane ») et qu’il ne se soit ainsi pas gêné pour proposer un « reefer » aux Beatles.

L’histoire d’amour entre les Beatles et l’Amérique, où ils enchaînent les Nº1 en 1964 et 1965, trouve un point d’orgue le 15 août 1965 en ouverture de leur seconde tournée de ce côté de l’Atlantique. Ce jour-là, ils sont le premier groupe de rock à se produire dans un stade, le Shea Stadium de New York, devant 56 000 fans déchaînés et dans des conditions singulières pour ce genre de spectacle dans une telle arène, sous les hurlements de la foule. Les Beatles se produisent seulement munis de leurs amplis Vox, et sont repris par la sono du stade, c’est-à-dire les haut-parleurs utilisés par les « speakers » des matches de base-ball. Il en résulte que ni eux ni le public n’entendent clairement une note de cette prestation historique. Les documents filmés ce jour-là démontrent cependant que les Beatles arrivent à jouer, et que c’est John Lennon qui les empêche de se retrouver paralysés par l’événement en multipliant les pitreries, comme parler charabia en agitant ses bras pour annoncer un titre en se rendant compte que personne ne peut l’entendre, ou maltraiter un clavier avec ses coudes Au moment de l’interprétation de I’m Down.

Pionniers, initiateurs de la British Invasion, terme utilisé aux États-Unis pour y décrire la prédominance des groupes de pop rock anglais — parmi lesquels les Rolling Stones, les Who ou encore les Kinks — Au milieu des années 1960, voilà les Beatles abonnés aux premières places des charts américains jusqu’à la fin de leur carrière. Ils y détiennent d’ailleurs toujours, aujourd’hui, un record absolu avec 170 millions d’albums vendus sur ce seul territoire. « La musique n’a plus jamais été la même depuis lors » affirme la RIAA (Recording Industry Association of America). Quoi de mieux que le film A Hard Day’s Night (dont le titre français est Quatre garçons dans le vent) pour aborder et comprendre ce qu’était la Beatlemania en 1964 ? La bande-son de ce faux documentaire humoristique réalisé en noir et blanc par Richard Lester, qui connaît un succès international, est aussi le troisième disque des Beatles (sorti en Angleterre le 10 juillet 1964). Le titre a été accidentellement créé par Ringo Starr ; sortant à une heure avancée des studios, il a dit « It’s been a hard day » (« cela a été une dure journée »), puis s’apercevant que c’était la nuit, a ajouté « …’s night » (« …de nuit »). Il représente un tour de force de John Lennon, auteur et chanteur principal de 10 des 13 chansons. Il est à cette époque Au sommet de sa prépondérance sur le groupe. C’est le premier album des Beatles à ne comporter aucune reprise, tous les titres étant signés Lennon/McCartney. Il inclut notamment la première ballade portant réellement « la patte » de Paul McCartney, And I Love Her, ainsi que de nombreux futurs N°1. Encore une fois, deux éditions différentes sont réalisées pour l’Angleterre (Parlophone - 14 titres) et les États-Unis (Capitol - 11 titres).

Pressés de toutes parts, littéralement poussés vers les studios Au milieu d’incessantes tournées, les Beatles sortent dans la foulée, le 4 décembre 1964, Beatles for Sale (titre évocateur : « Les Beatles à vendre »), où ils se contentent de reprendre en studio leur répertoire scénique du moment en y incluant quelques nouvelles chansons, comme Eight Days A Week, I’m a Loser, Baby’s in black et No Reply ou une très ancienne comme I’ll Follow The Sun. Le disque comprend donc six reprises de rock ’n’ roll et sera livré avec une pochette, qui comme celle de With the Beatles (et d’autres à venir) deviendra une des plus pastichées des décennies suivantes. Au même moment, le titre I Feel Fine de John Lennon, publié en single le 27 novembre, est N°1 durant cinq semaines. Il démarre par un « feedback » de guitare ou effet Larsen, le premier du genre dans le rock, que l’on pourrait croire accidentel, alors que cet étonnant effet est délibéré. « Je défie quiconque de trouver la présence d’un feedback sur un disque avant I Feel Fine » assure John Lennon.

La « beatlemania » bat toujours son plein en 1965, lorsque sortent le film Help ! — tourné par les Beatles dans les volutes de fumée de cigarettes très spéciales — et le disque du même nom. Seule la moitié des titres de l’album fait partie de la bande-son du film dont Ringo Starr est la vedette, et trois chansons vont marquer l’histoire du groupe, autant de N°1 dans les charts. Help ! d’abord, où John Lennon, il l’avoue plus tard, se met à nu en appelant Au secours. Le succès, la célébrité, ne lui apportent aucune réponse, il est, dit-il, dépressif et boulimique, dans sa période « Elvis gros ». Ticket To Ride ensuite, considéré par Lennon comme le titre précurseur du hard rock avec ses effets de guitare, ses roulements de toms et sa basse insistante. Yesterday enfin, la chanson mythique de Paul McCartney qu’il joue à tout son entourage, une fois composée sous le titre de travail Scrambled Eggs (« œufs brouillés ») se demandant sincèrement et interrogeant à la ronde pour savoir s’il a bien inventé cette mélodie ou si elle ne vient pas de quelque part, tant elle paraît évidente. Elle devient la chanson la plus diffusée et la plus reprise du XXe siècle (près de 3 000 reprises). Yesterday et son fameux arrangement pour quatuor à cordes, suggéré et concocté par George Martin en compagnie de l’auteur de la chanson qui pour la première fois, l’enregistre seul, sans les autres membres du groupe. Plus de 40 ans après, Paul mesure encore sa chance d’avoir rêvé cette chanson, de s’en être souvenu Au réveil, qu’elle fut bien de lui, et qu’elle ait connu cet incroyable succès.

The Beatles
The Beatles

Un soir d’avril 1965, un ami dentiste de George Harrison et John Lennon charge leur café, ainsi que ceux de leurs épouse Cynthia Lennon et compagne Pattie Boyd avec une substance pas encore illicite : le LSD. Ils découvrent donc cette drogue sans l’avoir voulu, mais John va en devenir un gros consommateur pour Au moins les deux années suivantes, tous vont l’essayer (Paul, très réticent, est le dernier à en prendre, en 1966, mais le premier à en parler à la presse), et d’une façon générale, la musique et les paroles des Beatles vont encore évoluer sous l’influence de cette substance hallucinogène. À l’automne 1965, ils enregistrent un album charnière dans leur carrière : Rubber Soul, jeu de mots à partir de Rubber sole — semelle en caoutchouc —, Soul music — la musique de l’âme — et Plastic soul — âme influençable —. Les textes sont plus philosophiques, plus fouillés (la poésie de Lennon, l’influence de Bob Dylan déjà présente dans You’ve Got to Hide Your Love Away de l’album Help !), aux thèmes plus sérieux. Le disque est enregistré dans l’urgence, car il doit sortir pour Noël, en quatre semaines, du 12 octobre au 11 novembre 1965.

La musique est devenue élaborée, les techniques d’enregistrement en studio sont en progression, le temps qui y est passé également. Leur immense succès est la garantie pour eux d’une liberté de plus en plus grande dans la création et la possibilité de bousculer les codes en vigueur (par exemple les horaires, ou le simple fait de pouvoir se déplacer de la salle d’enregistrement à la cabine, devant la table de mixage) dans les austères studios d’EMI. « C’est à cette époque que nous avons pris le pouvoir dans les studios » note John Lennon, ainsi que le contrôle total sur leur art. Les locaux de ce qui s’appelle encore « studios EMI » (ils deviendront « Abbey Road » plus tard), fourmillent d’instruments en tous genres, jusqu’aux placards, et les jeunes musiciens dont l’esprit s’est ouvert en grand, intéressés désormais à toutes les formes de musique, commencent à tester et à intégrer les sons les plus divers dans leurs chansons. « On aurait pu emmener un éléphant dans le studio pour peu qu’il produise un son intéressant » raconte Ringo Starr. C’est ainsi que George Harrison, qui vient de s’acheter un sitar car il est tombé amoureux de la musique indienne en écoutant les disques de Ravi Shankar, est amené à l’utiliser spontanément sur la chanson Norwegian Wood (This Bird Has Flown) de John Lennon. Grande première dans le rock, belle réussite et porte grande ouverte, dans laquelle pourra s’engouffrer Brian Jones pour construire quelques mois plus tard le riff du tube Paint It, Black des Rolling Stones.

Rubber Soul se caractérise par une rupture, qui est celle de la « trame 4 périodes » typique des premières chansons des Beatles : un couplet, un autre couplet, un moment d’instrumental ou pont, une reprise du second couplet. Les Beatles, qui ne veulent pas devenir victimes d’un « procédé », rendent ici moins prévisible l’alternance de leurs parties chantées et vocales. Rupture encore : la quatrième chanson de Rubber Soul, Nowhere Man est la première chanson des Beatles ne parlant pas d’amour. Rupture toujours : il n’y a pas une seule reprise d’un quelconque standard du rock ’n’ roll ou autre sur ce sixième disque des Beatles. Et il n’y en aura plus jamais… La technique d’écriture en tandem de John Lennon et Paul McCartney est alors à son apogée. Au quotidien ou quasiment, l’un amène une chanson dont la trame est plus ou moins avancée, l’autre y ajoute des paroles ou une idée Musicale supplémentaire. La chanson Girl plaît alors à une majorité — toutes générations confondues — et consacre les Beatles comme « musiciens » tout court et non « musiciens pour les jeunes ». In My Life est ce que John Lennon considère comme sa « première chanson parlant consciemment » de lui à la première personne et marque, tout comme Nowhere Man, son évolution vers des textes plus introspectifs et plus philosophiques.

Le chemin parcouru en trois ans est impressionnant. Les Beatles étaient Au départ un groupe à l’harmonie vocale de qualité — leur maîtrise de la polyphonie n’a pas été étrangère à leur succès et a presque relégué aux oubliettes les précédents champions américains du genre, les Four seasons —, œuvrant dans la plus grande économie de moyens ; en 1965, la recherche instrumentale devient prépondérante. Les harmonies vocales restent cela dit bien présentes (Drive My Car, Nowhere Man, If I Needed Someone, The Word, Wait), et ils continuent à s’amuser comme des garnements en chœur, comme sur le pont de la chanson Girl de John Lennon, que McCartney et Harrison ponctuent par des « Tit tit tit tit » (« nichon » en anglais). Ce motif obsédant et le grand soupir poussé par John à chaque refrain transforment ce qui aurait pu n’être qu’une simple ballade en chanson à l’atmosphère très particulière. Dans cet album, le chanteur principal de chaque titre doit encore se prêter Au fastidieux procédé dit du double tracking, qui consiste en fait à doubler systématiquement sa propre voix. Sur l’insistance de John Lennon que cela fatigue, un des ingénieurs du son des studios EMI, Ken Townsend, invente bientôt l’automatic double tracking, en connectant deux magnétophones qui se renvoient le signal enregistré. C’est un exemple des nombreuses avancées technologiques provoquées par un groupe à qui tout réussit, et qui reçoit donc en retour des moyens quasi illimités.

La compétition et l’émulation battent également leur plein entre les deux auteurs principaux du groupe : le jour de la publication de Rubber Soul (le 3 décembre 1965), sort également le 45 tours Day Tripper / We Can Work It Out. Le premier titre est de John (avec l’aide de Paul), le second de Paul (avec l’aide de John), et les deux compères se bagarrent pour figurer sur la face A du single, qui est le tube assuré. Il est alors décidé que ce seront deux faces A. Lesquelles montent de concert à la première place des charts, et ce pour cinq semaines consécutives. À l’époque, hors de leur « compétition interne », la plus sérieuse émulation pour les Beatles vient d’outre-Atlantique. En effet, si les Rolling Stones commencent tout juste à émerger en adoptant volontairement une attitude de mauvais garçons, ce sont les Beach Boys qui opposent les qualités les plus grandes en termes d’harmonies vocales, de recherches mélodiques et de techniques d’enregistrement. L’album Pet Sounds, conçu par Brian Wilson comme une réponse aux innovations de Rubber Soul est d’ailleurs une source d’inspiration pour Revolver, le prochain album des Beatles, et l’on s’accorde généralement à dater la naissance de la « pop » de cette « partie de ping-pong » entre les deux groupes en 1965-1966.

À l’été 1966, leur album suivant, Revolver, sorti le 5 août 1966 en Angleterre, est de la même veine. John Lennon est Au meilleur de sa forme, inspiré, et innove avec Doctor Robert, Tomorrow Never Knows, She Said She Said et I’m only Sleeping où le solo de guitare est passé à l’envers. Paul McCartney s’affirme en mélodiste talentueux avec Eleanor Rigby, For No One et Here, There And Everywhere. Il a aussi l’idée de la chanson Yellow Submarine pour Ringo Starr. And Your Bird Can Sing reprend et développe des effets de guitare qui n’apparaissaient que discrètement à la fin de Ticket To Ride. Le sitar indien, déjà entendu dans Norvegian Wood, a séduit George Harrison ; son admiration pour l’Inde, dont il ne se départira plus, devient évidente avec Love You To. Une autre chanson de George Harrison ouvre le disque, Taxman. La galerie de thèmes et de personnages s’élargit : un percepteur, une bigote solitaire, le sommeil et la paresse, le capitaine d’un sous-marin jaune, un docteur douteux, le Livre des morts tibétain… La pochette du disque est dessinée par leur ami Klaus Voormann. Tomorrow Never Knows (« Demain ne sait jamais », encore un accident de langage signé Ringo Starr), dernier titre de Revolver, est un cas particulier : joué sur un seul accord (le do), incluant des boucles sonores préparées par Paul, des bandes mises à l’envers, accélérées, mixées en direct avec plusieurs magnétophones en série actionnés par autant d’ingénieurs du son — une dizaine — envoyant les boucles à la demande vers la table de mixage, il ouvre l’ère du rock psychédélique et peut aussi être considéré comme le titre précurseur de la techno. Les prouesses de George Martin et des ingénieurs du son des studios EMI — à commencer par Geoff Emerick — vont jusqu’à répondre aux demandes de John Lennon, désirant que sa voix évoque celle du Dalaï-Lama chantant du haut d’une montagne. Ils élaborent cet effet en faisant passer la voix de John dans le haut-parleur tournant d’un orgue Hammond, le « Leslie speaker ». Celui-ci tourne sur lui-même pour donner Au son de l’orgue un effet tournoyant, et il donne à la voix de John l’air de surgir de l’au-delà.

« De tous les morceaux des Beatles, c’est celui qui ne pourrait pas être reproduit : il serait impossible de remixer aujourd’hui la bande exactement comme on l’a fait à l’époque ; le « happening » des bandes en boucle, quand elles apparaissent puis disparaissent très vite dans les fluctuations du niveau sonore sur la table de mixage, tout cela était improvisé. » — George Martin, Summer of love, The Making of Sgt Pepper’s. Une interview de John Lennon intitulée « Comment vit un Beatle ? » par la journaliste Maureen Cleave, une proche du groupe, paraît dans le London Evening Standard du 4 mars 1966. Les Beatles sont alors Au sommet de leur popularité mondiale, et il déclare : « Le christianisme disparaîtra. Il s’évaporera, décroîtra. Je n’ai pas à discuter là-dessus. J’ai raison, il sera prouvé que j’ai raison. Nous sommes plus populaires que Jésus, désormais. Je ne sais pas ce qui disparaîtra en premier, le rock ’n’ roll ou le christianisme […]. »  Ce qui passe complètement inaperçu Au Royaume-Uni, et même ailleurs dans un premier temps, finit par devenir un véritable scandale quelques mois plus tard aux États-Unis, dès lors que ces propos ont été repris, amplifiés et déformés sur une station de radio de l’Alabama ; il y est suggéré que les disques des Beatles soient brûlés en représailles de ces paroles jugées blasphématoires. La « Bible Belt » américaine ne tarde pas à mettre ces propos en applications.

Paul McCartney tente bien de tourner l’affaire en dérision, en déclarant « Il faut bien qu’ils les achètent avant de les brûler ! » mais le mal est profond. Ainsi, à l’aube de leur ultime tournée, le 11 août 1966 à Chicago, John Lennon est obligé de se justifier devant les médias américains : « Si j’avais dit que la télévision est plus populaire que Jésus, j’aurais pu m’en tirer sans dommage […] Je suis désolé de l’avoir ouverte. Je ne suis pas anti-Dieu, anti-Christ ou anti-religion. Je n’étais pas en train de taper dessus ou de la déprécier. J’exposais juste un fait, et c’est plus vrai pour l’Angleterre qu’ici [aux États-Unis]. Je ne dis pas que nous sommes meilleurs, ou plus grands, je ne nous compare pas à Jésus-Christ en tant que personne, ou à Dieu en tant qu’entité ou quoiqu’il soit. J’ai juste dit ce que j’ai dit et j’ai eu tort. Ou cela a été pris à tort. Et maintenant, il y a tout ça… »  Jusqu’en 1966, les Beatles enchaînent à un rythme soutenu des tournées, des compositions, des sessions d’enregistrement et des sorties de singles et d’albums. Mais plus leur succès grandit, plus leurs prestations publiques se déroulent dans des conditions impossibles, dans des salles ou des espaces en plein air, de plus en plus grands alors que les moyens de sonorisation sont encore balbutiants, et surtout, sous les cris stridents de la gent féminine qui couvrent complètement leur musique. Au point qu’ils ne s’entendent pas jouer et se rendent compte que le public ne les entend pas non plus.

La différence entre leur production en studio, de plus en plus complexe et ce qu’ils arrivent à délivrer sur scène devient flagrante. Leur répertoire scénique reste quasiment le même Au fil des années — des standards du rock’n’roll comme Rock ’n’ Roll Music ou Long Tall Sally seront notamment joués jusqu’au bout —, et ils constatent les dégâts dès qu’ils s’attaquent à des titres plus récents, par exemple Nowhere Man ou Paperback Writer : Au Budokan de Tokyo, fin juin, on voit George Harrison agiter la main en saluant le public pour le faire hurler, afin de couvrir le chœur a cappella de Paperback Writer qui sonne nettement faux… Ces concerts à Tokyo se passent d’ailleurs dans une ambiance étouffante, les Beatles restant cloîtrés dans leur hôtel et bénéficiant de la plus grande protection policière jamais vue Au XXe siècle pour un groupe ou un artiste, avec un dispositif (35 000 fonctionnaires mobilisés) de même magnitude que celui mis en place deux ans plus tôt pour les Jeux Olympiques. Dans la foulée de cette série de concerts dans la capitale japonaise, les événements se succèdent, qui vont précipiter leur décision de mettre un terme définitif à ce que John Lennon considère comme « de foutus rites tribaux ». À Manille, aux Philippines, ils passent tout près d’un véritable lynchage pour avoir malencontreusement snobé à leur arrivée une réception donnée en leur honneur par la redoutable Imelda Marcos, épouse du dictateur, la veille de leur concert le 4 juillet. Le groupe répondra qu’il n’avait reçu aucune invitation, ce qui n’empêchera pas la presse locale de se déchaîner et les Philippins d’envoyer des menaces d’attentat et de mort. Toute protection policière est retirée aux Beatles lorsqu’ils repartent, une foule hostile les attend à l’aéroport, ils sont agressés, parviennent jusqu’à leur avion qui va rester bloqué sur la piste le temps que leur manager Brian Epstein aille se faire délester de la recette de leur concert.

Cette énorme frayeur les décide déjà à tout arrêter, mais il leur reste des dates estivales à honorer aux États-Unis. Là-bas, ils subissent les conséquences de la tempête provoquée par les paroles de John Lennon à propos du christianisme. Ils reçoivent des menaces, notamment du Ku Klux Klan. Ils craignent pour leur sécurité alors qu’ils se produisent dans des stades et que les conditions restent détestables. Ils n’en peuvent plus. La dernière date de cette tournée, le lundi 29 août 1966 Au Candlestick Park de San Francisco, onze titres interprétés en un peu moins de 35 minutes sur une scène entourée de grillages, Au milieu d’une pelouse où la chasse policière Au fan déchaîné bat son plein, devient leur dernier concert tout court. « À Candlestick Park, on s’est sérieusement dit que tout ça devait s’arrêter. On pensait que ce concert à San Francisco pourrait bien être le dernier, mais je n’en ai été vraiment certain qu’après notre retour à Londres. John voulait laisser tomber plus que les autres. Il disait qu’il en avait assez », explique Ringo Starr. « Je suis sûr qu’on pourrait envoyer quatre mannequins de cire à notre effigie que les foules seraient satisfaites. Les concerts des Beatles n’ont plus rien à voir avec la musique. Ce sont de foutus rites tribaux », dit John Lennon. « C’était trop, toutes ces émeutes et ces ouragans. La « Beatlemania » avait prélevé sa dîme, la célébrité et le succès ne nous excitaient plus », se remémorera George Harrison.

L’arrêt des tournées marque une première fissure dans la carrière des Beatles, partant du principe qu’un groupe de rock ’n’ roll qui ne joue plus sur scène n’est plus vraiment un groupe. D’ailleurs, tandis que John s’exclame « Mais qu’est-ce que je vais faire maintenant ? » — il partira en fait tourner le film How I Won the War à Almeria en Andalousie avec Richard Lester —, George déclare tout de go « Je ne suis plus un Beatle désormais ». Il faut que Paul McCartney entraîne tout le monde dans un nouveau projet pour redonner un second souffle Au groupe, un nouveau départ, loin des foules hystériques. Un projet qui consiste à envoyer une autre formation, imaginaire, en tournée à leur place. Celle du « Club des Cœurs Solitaires du Sergent Poivre ». Adieu les tournées et les costumes « uniformes ». À la fin de l’année 1966, les Beatles s’installent quasiment à plein temps dans les studios EMI d’Abbey Road, et ils vont en exploiter toutes les possibilités. C’est le début de la période qui sera définie comme « les années studio ». Ils s’amusent à coller des bouts des chansons, à lancer des bandes de musique par terre et à les recoller Au hasard, à passer des morceaux à l’envers (comme sur la chanson Rain), en accéléré, à mélanger de nombreux instruments, des violons, des instruments traditionnels, indiens, toutes sortes de claviers, ou même des orchestres. À tenter tout ce qui est artistiquement possible en s’affranchissant d’un fardeau (ils sont les Beatles et doivent en permanence se mesurer à l’image que leur public a d’eux) pour prendre l’identité d’une fanfare à la fois « Edwardienne » et complètement dans l’air du temps, qui souffle depuis la Californie. Ce concept est signé Paul McCartney.

L’album Sgt. Pepper’s Lonely Hearts Club Band est publié le 1er juin 1967 : ce disque est considéré par beaucoup comme leur chef-d’œuvre et sera reconnu comme la meilleure œuvre rock de tous les temps. D’autres y voient Au contraire un album d’adieu (illustré par un massif fleuri où quatre Beatles tristes du musée de cire de Madame Tussaud semblent assister à leur propre enterrement, tandis que les quatre vrais Beatles sont donc devenus des musiciens de fanfare moustachus, et où une poupée à l’effigie de Shirley Temple annonce « Welcome the Rolling Stones »). Cet album marque en tout cas leur carrière et toute une génération. Pour répondre à leurs besoins, George Martin et son équipe doivent aller de plus en plus loin. Ils inventent ainsi le « vari speed » qui permet de faire varier la vitesse de défilement de la bande (procédé qui est notamment utilisé sur Strawberry Fields Forever pour fondre deux prises différentes en une seule, ou sur Lucy In The Sky With Diamonds pour la voix de John Lennon) et le « reduction mixdown » : les quatre pistes d’un magnétophone, le maximum dont ils disposent à l’époque, sont réduites en une seule sur un autre appareil identique synchronisé, et trois nouvelles pistes sont ainsi libres. On peut multiplier ce procédé. De huit jusqu’à seize pistes avant l’heure. Pour la première fois dans l’histoire du rock, un groupe va passer un peu plus de cinq mois en studio, de fin novembre 1966 à avril 1967, pour construire son album.

Les fructueuses sessions de Sgt Pepper’s ont débuté par les enregistrements des titres Penny Lane — de Paul McCartney — et Strawberry Fields Forever — de John Lennon — où chacun traite de la nostalgie de son enfance à Liverpool. La maison de disques EMI et Brian Epstein pressent George Martin de sortir un single pour l’hiver, et ce dernier livre à contrecœur ces chansons, qui sont tout simplement celles qui sont les plus avancées. Conséquence, ces deux titres (publiés en Angleterre le 13 février 1967) ne sont pas inclus dans l’album à venir. De manière anecdotique, ils n’atteignent pas le N°1 du hit-parade britannique, et le producteur considère aujourd’hui la décision de les avoir isolés sur un single « double face A » comme une « épouvantable erreur ». Toujours à l’avant-garde, les Beatles se mettent par ailleurs en scène pour le titre de John Lennon, Strawberry Fields Forever, cet hiver-là, dans un mini-film tellement innovant qu’on peut en faire le précurseur de tous les vidéo clips Musicaux tels qu’on les connaît aujourd’hui. L’écriture et la réalisation de Sgt Pepper’s se poursuit intensément durant les quatre premiers mois de 1967. La collaboration Lennon/McCartney atteint encore des sommets. Ensemble, ils écrivent With A Little Help From My Friends pour Ringo Starr, créent She’s leaving Home à partir d’un fait divers, concoctent Getting Better, où l’optimisme de l’un (« It’s Getting Better all the time / Ça va de mieux en mieux tout le temps ») est contrebalancé par le pessimisme de l’autre (« I can’t get no worse / Ça ne peut pas être pire »). Enfin, un bout de chanson de John (« I read the news today oh boy… ») où il met en paroles une série de nouvelles lues dans la presse, accolé à une « ritournelle » de Paul (« Woke up, fell out of bed… »), le tout séparé par 24 mesures vides, qui sont remplies par un fameux glissando d’orchestre symphonique (clairement repris de Krzysztof Penderecki (Thrène à la mémoire des victimes d’Hiroshima, 1960) et de Iannis Xenakis (Metastasis, 1955), donnent le titre A Day In The Life. Ils écrivent ensemble la phrase « I’d Love to turn You on » (« J’aimerais te brancher ») qui fait scandale pour sa connotation « drogue » et provoque l’interdiction de la chanson sur la radio britannique.

Il est encore question de drogue, pour la plupart des observateurs de l’époque, avec le texte surréaliste et surtout les initiales (LSD) de la chanson Lucy In The Sky With Diamonds. Mais John Lennon explique qu’il est en fait parti d’un dessin que son fils Julian, alors âgé de quatre ans, a Ramené de sa classe de maternelle en lui expliquant que c’était sa copine Lucy O’Donnell, « dans le ciel avec des diamants ». Le compositeur, qui cite aussi Lewis Carroll et son Alice Au pays des merveilles comme source d’inspiration, est le premier étonné de l’interprétation qui est faite de son titre. Lucy est également le nom donné, en honneur à la chanson, aux restes fossilisés d’un Australopithecus afarensis, sujet féminin vieux de quelque 3,2 millions d’années découvert en Éthiopie en 1974. L’héroïne joue un rôle dans le bannissement de deux autres chansons de l’album à l’antenne : premièrement Fixing A Hole, dont le titre supposerait que le chanteur se fait un « fix », et Being for the Benefit of Mr. Kite !, entièrement composée à partir d’une affiche de spectacle de cirque du XIXe siècle par John Lennon — nouvelles prouesses techniques de George Martin et de son équipe pour répondre à ses demandes dans la fabrication de ce titre — qui est la quatrième chanson interdite d’ondes à cause du personnage « Henry the horse », puisque « horse » signifie héroïne en argot anglais. Ce sont bien sûr des interprétations totalement erronées de la part des « autorités compétentes »…

George Martin et les Beatles ont voulu faire de Sgt Pepper’s un album-concept, en reliant certains morceaux, bien que les chansons n’aient aucun rapport entre elles, passées les deux du début (la chanson-titre et With A Little Help From My Friends). Pour unifier le tout, c’est Neil Aspinall, l’assistant du groupe, qui a l’idée de faire une reprise du morceau Sgt. Pepper’s Lonely Hearts Club Band comme avant-dernière piste de l’album. Ainsi, la fanfare du club des cœurs solitaires du Sergent Poivre accueille son public Au début du spectacle — de l’album —, puis le salue à la fin, à travers le même morceau joué plus vite et dans une tonalité différente, en espérant que le show lui a plu. 40 ans plus tard, Paul McCartney reprend l’idée lors de sa tournée « Back In The U.S. » en 2002 en jouant la reprise de Sgt. Pepper’s Lonely Hearts Club Band en avant-dernier morceau.  Sgt Pepper’s fait école et tout le monde (les Rolling Stones, Moody Blues, Aphrodite’s Child, The Clouds, les Who, les Kinks, et bien d’autres) voudra aussi sortir son « album-concept », quand bien même Sgt Pepper’s n’en est pas vraiment un d’un point de vue strictement Musical ; il aura suffi que ses auteurs le disent pour que cela soit une réalité. Il n’y a en tout cas plus de plages séparées sur la version mono : les chansons y sont enchaînées à la manière d’un show, et l’album se termine par trois trouvailles : 

  • la longue décroissance — 47 secondes ! — d’une note de piano ;
  • un sifflement à 20 000 Hz, inaudible par l’homme et impossible à reproduire sur la plupart des électrophones de l’époque, mais dont John Lennon espère qu’il fera aboyer les chiens de ceux qui possèdent une bonne chaîne Hi-Fi ;
  • un « jingle » sans fin sur le sillon intérieur, que ne pourront découvrir que les puristes de la Hi-Fi, ceux qui refusent d’avoir une platine à arrêt automatique en fin de disque — pour les autres, le bras se lèvera avant, ou juste Au début.

L’album fait date dans l’histoire de la musique pop rock : jamais un groupe n’avait disposé d’autant de temps, de moyens et de liberté pour enregistrer un album. Les Beatles exploitent donc pleinement cette opportunité et George Martin joue bien sûr un rôle-clé dans l’exploration de nouvelles techniques. La pochette, très soignée et débordante de couleurs, a nécessité une centaine de lettres aux personnalités vivantes représentées afin d’obtenir leur accord. Trois personnages en sont retirés « in extremis » : Hitler et Gandhi, Au motif qu’ils indisposeraient le public britannique et Au grand désespoir du très provocateur John. Et un troisième personnage, l’acteur Leo Gorcey, qui voulait bien figurer sur la pochette, mais à condition d’être rétribué. On juge plus simple de le faire disparaître. Cette pochette est elle aussi un événement. C’est la première fois qu’autant de soin est apporté Au conditionnement du disque. Les paroles des chansons y sont incluses, pour la première fois également. Jusqu’ici, les pochettes se résumaient le plus souvent à une photo de l’artiste ; à partir de Sgt. Pepper’s, la conception de la pochette devient un élément-clé (à la fois « marketing » et artistique) de la production d’un disque. 

L’année suivante, Frank Zappa parodie la pochette avec l’album We’re Only In It for the Money (« nous ne faisons ça que pour l’argent ») fait avec son groupe The Mothers of Invention. Un autre pastiche est réalisé pour The Rutles, une émission d’Eric Idle des Monty Python qui entreprend de caricaturer la carrière des Beatles à la manière du fameux groupe d’humoristes, avec la bénédiction — et en partie le financement — de son ami George Harrison, plus le concours de Paul Frederic Simon et Mick Jagger, qui y jouent leur propre rôle. Les pastiches des chansons des Beatles créés pour l’émission sont autant de clins d’œil aux « tics » Musicaux de leurs modèles — Ouch ! imité de Help !, Cheese and Onions qui a des accents d’A Day in the Life, Piggy in the Middle évoquant I Am The Walrus, Doubleback Alley qui est le cousin de Penny Lane, etc. Les Bidochons parodient aussi cette pochette pour leur album The Beadochons. Elle est également pastichée pour l’album Tropical Tribute to the Beatles. Toutefois, ce n’est pas la pochette qui fait l’objet du plus grand nombre de parodies, ce titre revenant à celle d’Abbey Road (même Paul McCartney s’y met avec son album Paul Is Live). 

Le 25 juin 1967, les Beatles se produisent devant plus de 400 millions de téléspectateurs à travers le monde, à l’occasion de la toute première émission diffusée par satellite, Our World. En direct du studio 1 d’Abbey Road et en « Mondovision », ils interprètent une chanson spécialement composée par John Lennon pour l’occasion : All You Need Is Love. Le triomphe est total. Le 45 tours publié le 7 juillet s’installe directement à la première place des charts et y reste trois semaines. Mais c’est durant ce fameux « Summer of Love » (« l’été de l’amour ») sur fond de Sgt Pepper’s que Brian Epstein est retrouvé sans vie dans sa maison, à 32 ans, suite à une surdose de barbituriques, le 27 août. Les Beatles apprennent sa mort Au retour d’une première rencontre avec le Maharishi Mahesh Yogi — un gourou auquel s’était attaché George Harrison — à Bangor, Au Pays de Galles, où chacun s’est vu délivrer un mantra. La disparition de leur manager les laisse totalement désemparés et marque une nouvelle fissure dans leur carrière. C’est également à la même époque que Paul McCartney prend clairement les rênes du groupe, un rôle laissé vacant par John Lennon dont l’ego se dissout sous l’effet du LSD. Bourreau de travail (« workaholic »), Paul est dès lors à l’origine de la plupart des projets, la majorité des N°1 des Beatles sont son œuvre, et il n’a de cesse de lutter contre la démobilisation progressive des autres membres du groupe.

L’année 1967 se termine par l’éreintement critique de leur film Magical Mystery Tour, considéré à sa sortie (en fait, une diffusion télévisée sur la BBC à Noël) comme leur premier véritable échec. Un film tourné sans scénario — « mystérieux » même pour ses acteurs — et dont les séquences filmées des titres I Am The Walrus et Your Mother Should Know constituent les meilleurs moments. Le fait que les téléspectateurs britanniques l’aient vu en noir et blanc ne sert assurément pas sa cause. La bande-son, publiée sur un format « double EP » composé de 6 titres contient toutefois ces nouvelles perles que sont le très élaboré I Am The Walrus de John Lennon et The Fool On The Hill de Paul McCartney. Aux États-Unis, Magical Mystery Tour n’est pas un double EP, mais un album entier, sur lequel on retrouve compilés en face B les 45 tours publiés en 1967, comme les indissociables Strawberry Fields Forever/Penny Lane ainsi que All You Need Is Love et Hello Goodbye. C’est cet album, finalement publié en 1976 Au Royaume-Uni, qui intégrera la discographie officielle des Beatles à partir de la réédition de tout leur catalogue en CD Au milieu des années 1980. Les personnages du Walrus (tiré du livre De l’autre côté du miroir de Lewis Carroll), de Lady Madonna et du Fool on the Hill, ainsi que Strawberry Fields, sont également repris en référence dans Glass Onion du double album blanc en 1968 — « The Walrus was Paul » (« le morse, c’était Paul ») chante John Lennon en se moquant de toutes les folles interprétations faites autour de ses textes…

Lorsque les Beatles, désormais « orphelins » de Brian Epstein, apprennent que leur capital peut être soit investi dans la création d’une entreprise, soit dilapidé en impôts divers, ils choisissent la première solution, débouchant sur la naissance de leur compagnie Apple Corps. Le nom, comme le logo, provient d’un célèbre tableau de René Magritte acquis par Paul McCartney. Apple est lancée en janvier 1968 avec ses divisions Apple Records (label sur lequel leurs disques seront désormais publiés), Apple Electronics, Apple Publishing, Apple Films et Apple Retail. En plus de couvrir les finances et les activités des Beatles, la compagnie est censée apporter de l’aide à tout artiste dans le monde qui voudrait lancer un projet artistique de valeur. Durant les deux dernières années d’existence du groupe, le résultat sera pour le moins contrasté. Des rêveurs et des utopistes tels que « The Fool », un groupe de jeunes dessinateurs de mode hollandais, et « Magic Alex », alias Alex Mardas, feront perdre des milliers de Livres aux Beatles…  À la mi-février 1968, les Beatles partent avec leurs épouses et amis dans le nord de l’Inde, à Rishikesh, rejoindre le Maharishi Mahesh Yogi, afin de recevoir son enseignement et apprendre la méditation transcendantale. Ils y passent huit semaines, et y vivent une extraordinaire période créative, composant une quarantaine de chansons qui rempliront jusqu’à leurs albums solos après leur séparation.

Yoko Ono et John Lennon - Les Beatles et les Rolling Stones
Yoko Ono et John Lennon - Les Beatles et les Rolling Stones

Yoko Ono et John Lennon - Les Beatles et les Rolling Stones

Alors que Ringo compare l’âshram de Rishikesh aux camps de vacances de son enfance, que Paul dit s’être « trompé » sur le compte du Maharishi et que John repart très fâché contre lui, le considérant comme un imposteur (ce qu’il dit dans sa chanson Sexy Sadie : « You made a fool of everyone / Tu t’es moqué de tout le monde »), seul George lui reste fidèle. Cet hiver-là, John Lennon se rapproche de l’artiste d’avant-garde japonaise Yoko Ono dont il ne se sépare plus, délaissant son épouse Cynthia. Dans les bacs, en mars, sort un nouveau single, Lady Madonna écrit par Paul. En mai, les Beatles entrent en studio pour enregistrer le double album blanc, dont le titre est tout simplement The Beatles, à partir du matériel majoritairement composé en Inde, sur le seul instrument dont ils disposaient, la guitare acoustique. Plusieurs chansons créées et jouées durant leur séjour — comme Dear Prudence et Julia de Lennon, ainsi que Blackbird, Mother Nature’s Son, I Will et Rocky Raccoon de McCartney —, où John a appris de Donovan une nouvelle technique de picking, apparaîtront ainsi sur le disque, jouées en solo par leurs auteurs ou enregistrées en formation réduite.

Selon leur habitude — publier des titres sur 45 tours qui ne sont pas inclus dans les albums —, les Beatles sortent en août le single Hey Jude/Revolution enregistré durant les séances de l’album blanc, et qui connaît de nouveau un grand succès, malgré la longueur tout à fait inhabituelle de Hey Jude — 7 minutes, dont quatre sont une répétition en chœur et crescendo de « Na na na nananana Hey Jude ». C’est une chanson de McCartney divisée en deux parties distinctes, destinée Au fils de John, Julian, qui est unanimement saluée, tandis que Lennon a tenu à délivrer un message politique en plein bouillonnement de la jeunesse occidentale — mai 1968 en France, notamment. Dans la version rock de Revolution, celle qui figure en face B du 45 tours, il dit : « But when you talk about destruction, don’t you know that You can count me out / Si tu parles de destruction, ne compte pas sur moi », alors que dans la version blues, plus lente, qui figure sur l’album blanc, enregistrée plus tôt, il avait ajouté in (« ne compte pas sur moi/compte sur moi »). Lennon explique qu’encore indécis sur ce sujet, il avait préféré dans un premier temps considérer les deux options…

Ces sessions à Abbey Road sont tendues, la présence de Yoko Ono dans le studio aux côtés de John indispose fortement ses camarades. Chacun enregistre souvent séparément et se sert des autres comme « musiciens de studio » sur ses propres compositions. D’ailleurs, avant de coucher sur bande le titre qui ouvre cet album, Back In The U.S.S.R., Ringo Starr décide de quitter le groupe. Malgré cela, les « Fab Four » continuent à enregistrer : Paul McCartney se met à la batterie — il en joue donc sur Back In The U.S.S.R. mais aussi sur Dear Prudence — et George Harrison à la basse. Ce qu’en dit Ringo témoigne bien de l’atmosphère qui régnait lors de ces sessions : « Je suis parti parce que j’éprouvais deux sentiments. Celui de ne pas très bien jouer, celui que les trois autres étaient vraiment heureux et que j’étais un étranger. Je suis allé voir John. […] Je lui ai dit : « Je quitte le groupe parce que je ne joue pas bien. Parce que j’ai l’impression de ne pas être aimé, d’être exclu. Alors que vous êtes tellement proches tous les trois ». John m’a répondu : « Je croyais que c’était vous trois qui étiez très liés ! » Je suis ensuite allé voir Paul et je lui ai dit la même chose. Paul m’a répondu « Je croyais que c’était vous trois ! » Je n’ai pas pris la peine d’aller voir George, j’ai dit : « Je pars en vacances ». J’ai pris les gosses et je suis parti pour la Sardaigne. »

Lorsque Ringo Starr revient de Sardaigne, il découvre sa batterie couverte de fleurs dans le studio d’Abbey Road. Ils se resserrent dans un tout petit espace pour enregistrer en direct le Yer Blues de John Lennon, se déchaînent en interprétant Helter Skelter de Paul McCartney : on entend Ringo hurler « J’ai des ampoules aux doigts ! » (« I’ve got blisters on my fingers ») à la fin du morceau. L’origine de cette chanson est à chercher dans un article d’un magazine musical à propos du titre I Can See for Miles des Who. Cet article disait que ce titre était d’une « violence » inouïe. Paul décida, avant même d’avoir entendu la chanson en question, d’écrire un titre encore plus violent — il se rend compte plus tard, à l’audition de I Can See For Miles, que la revue exagérait quelque peu… La tension accumulée durant ces sessions de l’été et automne 1968 retombe également lorsque George Harrison invite Eric Clapton pour jouer le solo de guitare sur son titre While My Guitar Gently Weeps. Publié le 22 novembre 1968, The Beatles est salué comme une grande réussite, et connaît un immense succès commercial. Le public est cependant déconcerté par Revolution 9, un long collage sonore expérimental de neuf minutes réalisé par John et Yoko. George Martin et les trois autres Beatles supplient John de retirer ce titre du disque, sans succès. Dans le genre expérimental, Lennon et Ono font encore plus fort en publiant le même mois leur album Two Virgins enregistré en mai 1968, le soir où ils consommèrent leur amour pour la première fois et où tous deux apparaissent nus sur la pochette

Le 2 janvier 1969, les Beatles se retrouvent autour d’un nouveau projet initié par Paul McCartney : filmer et enregistrer des répétitions pour aboutir à une prestation en public, revenir aux origines, jouer « live » comme un vrai groupe de rock’n’roll, bannir tout ajout en studio, interdire le mot overdub ou les trucages en tous genres. De plus, le tout devra déboucher sur un film. Pourquoi ? Pour un futur show télévisé ? Pour montrer des répétitions avant un concert ? Pour que l’on voie les Beatles en train de créer un album ? Et si un concert doit être organisé, où et dans quelles conditions ? Le groupe a beaucoup de mal à se mettre d’accord sur les tenants et aboutissants du projet. Les séances du projet « Get Back » — ainsi nommé d’après la chanson éponyme, qui aurait dû donner son titre à l’album en préparation — se passent mal. Les tensions initiées lors des sessions de l’Album Blanc renaissent dans les froids studios de cinéma Twickenham à des heures matinales et la présence constante de Yoko Ono, à la limite de l’ingérence, n’arrange pas l’ambiance, tout comme le « dirigisme » de Paul. Devant des caméras tournant en continu, Ils jouent de tout et de rien, beaucoup — une centaine de titres sont abordés, en quelques notes seulement pour certains —, font le bœuf, jouant souvent mal et sans conviction. John Lennon apparaît largement démobilisé, tandis que George Harrison est de plus en plus excédé. Après Ringo, c’est lui qui quitte le groupe, le 10 janvier, puis revient 12 jours plus tard. Son ressentiment, sa frustration de rester en tant que compositeur à l’ombre du tandem Lennon/McCartney et de se voir fréquemment refuser des chansons qu’il aimerait voir placées sur les disques, ne cessent de grandir.

Les Beatles se rabattent ensuite sur leur propre studio au 3, Saville Row où est situé le siège de leur compagnie Apple, s’adjoignent Billy Preston Au clavier à l’initiative de George Harrison, et finissent par donner leur ultime prestation publique sur le toit de leur immeuble, le 30 janvier 1969, qui est interrompue Au bout de 42 minutes par la police suite à des plaintes pour cause de vacarme. Les événements de ce mois de janvier 1969 figureront un an plus tard dans le film Let It Be, chronique de la dissolution d’un groupe. On y voit notamment George Harrison interpeller Paul McCartney : « OK, bon, je m’en fous. Je jouerai ce que tu veux que je joue, ou je ne jouerai pas du tout si tu ne veux pas que je joue. Je ferai tout ce qui pourra te faire plaisir. » Les kilomètres de bandes enregistrées en un mois sont dans un premier temps rangées au placard, tant les membres du groupe s’en montrent insatisfaits. Le 4 mars 1969, l’ingénieur du son Glyn Johns est appelé par le groupe pour mixer un album à partir des bandes existantes. Johns compile alors plusieurs versions des chansons de ce futur disque, enregistré live en studio et sur le toit de l’immeuble de leur compagnie Apple, mais les Beatles rejettent l’ensemble de son travail. Il en sera tout de même issu le single Get Back/Don’t Let Me Down le 11 avril 1969. le reste des bandes retourne sur les étagères...

Avec l’idée de ne pas rester sur cet échec, Paul McCartney contacte George Martin en lui proposant de faire un disque « comme avant ». « Comme vous étiez ? Avec John ? John est d’accord ? » demande le producteur, ce que le bassiste confirme. Les Beatles vont se réunir une dernière fois dans les studios EMI d’Abbey Road durant les deux mois de l’été 1969, bien décidés à mettre de côté leurs dissensions, à tirer dans le même sens, afin de « sortir sur une note élevée ». Cependant, John Lennon rate le début des sessions, le temps d’être soigné après un accident de voiture en Écosse. Une collection de chansons dont certaines ont été composées en Inde, enregistrées sous forme de démo à l’époque de l’album blanc, et/ou répétées en janvier 1969 pour le projet Get Back, sont retravaillées pour aboutir à l’album Abbey Road. Quoi de plus simple que de donner à leur ultime œuvre commune le nom de la rue (ils se font Photographier sur le passage piéton, le 8 août, pour la pochette du disque) où sont situés les studios dans lesquels ils ont enregistré l’immense majorité de leurs chansons depuis sept ans ? Il aura toutefois été un moment question d’appeler cet album Everest en raison de la marque de cigarettes fumées par Geoff Emerick. Les titres d’Abbey Road évoquent les tracas et frustrations du moment, parlant d’argent qu’on n’arrive pas à obtenir, de dettes, de négociations juridiques (You Never Give Me Your Money de Paul McCartney), de poids à porter pour longtemps, de marteau d’argent qui s’abat sur la tête des gens dès que les choses vont mieux (Carry That Weight et Maxwell’s Silver Hammer, Paul à nouveau), de retour du soleil après un hiver long, froid et solitaire (Here Comes the Sun, où George Harrison évoque les grands moments de tension Au sein du groupe) ou d’un jardin sous-marin où « il n’y a personne pour nous dire ce que [nous] devons faire » (Ringo Starr dans Octopus’s Garden).

C’est leur premier — et dernier — album entièrement réalisé en huit pistes, et également un des premiers dans l’histoire du rock où l’on entend du synthétiseur, un Moog en l’occurrence, acquis par George Harrison auprès de son créateur, Robert Moog. Les harmonies polyphoniques qui avaient rendu les Beatles célèbres sont de retour, et contribuent Au succès d’Abbey Road, sorti le 26 septembre 1969 (c’est leur album le plus vendu après Sgt Pepper’s). Leur sommet dans ce domaine est sans doute constitué par Because, titre que John Lennon a composé en entendant Yoko Ono jouer la Sonate pour piano n° 14 de Beethoven plus connue sous le nom de « sonate Au clair de lune » et en lui demandant de jouer les notes à l’envers. Sur Because, les trois voix de John, Paul et George se superposent trois fois, soit une poignante harmonie à neuf voix que l’on a pu entendre « a cappella » sur le disque Anthology 3 sorti en 1996, et de nouveau sur Love en 2006. La particularité d’Abbey Road est d’être constitué en partie de collages entre elles de chansons ébauchées et inachevées. L’habitude fut prise de dire que la face A de l’album, qui s’ouvre sur Come Together et se referme sur I Want You (she’s so heavy) de John Lennon, reflète principalement son influence, et la face B, qui contient le fameux « Medley » long de 16 minutes, celle de McCartney. George Harrison se montre toutefois très inspiré avec Here Comes The Sun et surtout Something, qui est son premier et son seul Nº1 avec les Beatles.

Le Medley, articulé autour du thème Musical de You Never Give Me Your Money de Paul, et qui contient en son sein trois bouts de chansons de John (Sun King, Mean Mr. Mustard et Polythene Pam) est élaboré par George Martin et Paul McCartney. Mais, contrairement à beaucoup d’idées reçues émises postérieurement, et comme l’expliquent John Lennon et George Harrison, le groupe collabore dans son ensemble pour décider de l’ordre des morceaux, trouver de quoi remplir les mesures entre chacun, les enchaînements et les breaks. L’apparente dernière plage du disque, qui clôture le medley, s’intitule The End et se termine par une inédite série de solos (Ringo à la batterie d’abord, puis Paul, George et John, tour à tour, à la guitare, trois fois, sur deux mesures chacun) et la fameuse phrase « And in The End, the Love You take is equal to the Love You make » (« et à la fin, tu reçois autant d’amour que tu en donnes »). La vraie dernière plage du dernier disque des Beatles, morceau caché par un « blanc » sur le sillon du 33 tours, est minuscule (Her Majesty) et parle d’une manière peu commune de la reine d’Angleterre. Elle se situait à l’origine Au cœur du medley, entre Mean Mr. Mustard et Polythene Pam, Paul McCartney avait demandé à l’ingénieur du son John Kurlander de la retirer. Mais ce dernier, à des fins de sauvegarde — la consigne était qu’aucun des enregistrements des Beatles ne devait être Jeté à la poubelle —, la place en fin de bande, après un blanc de 15 secondes, derrière The End, coupée net, et Paul, après avoir écouté le résultat, donne son accord. N’étant pas créditée Au dos de la pochette originale du 33 tours, Her Majesty est considérée comme la première chanson cachée (hidden track) de l’histoire du rock.

Le 20 août 1969, les Beatles complètent l’enregistrement du titre de John Lennon I Want You (she’s so heavy) : c’est la dernière fois qu’ils sont réunis tous les quatre en studio. Même si le succès est toujours présent, même si cette ultime collaboration est « heureuse » selon les acteurs — car tous savent que c’est la dernière fois — le plaisir de jouer ensemble ne les attire plus. Les Beatles disent ici pour de bon adieu aux Beatles, en montrant une dernière fois l’aspect miraculeux de leur association. « Tout le monde a incroyablement bien travaillé. C’est pourquoi j’aime particulièrement cet album » dira George Martin. Une fois les sessions du disque Abbey Road achevées, et alors que le single Something / Come Together va occuper partout la tête des hit-parades — tandis que le 33 tours restera 17 semaines Nº1 en Angleterre à partir du 4 octobre —, John Lennon annonce aux autres Beatles qu’il quitte définitivement le groupe lors d’une réunion fin septembre 1969, en réponse à Paul McCartney qui, dans une ultime tentative de relance, propose de repartir en tournée dans des petites salles. Ils conviennent que cette nouvelle doit rester secrète, compte tenu des enjeux commerciaux (renégociation des contrats de distribution avec EMI Au Royaume-Uni et Capitol Records aux États-Unis). Les Beatles se sont sévèrement disputés autour du nom de leur nouveau manager, entre Allen Klein, soutenu par Lennon, Harrison et Starr, et Lee Eastman, avocat père de Linda, la femme de Paul. Klein, que Paul déteste, sera leur dernier manager.

Pour couronner le tout, ils perdent également la propriété de tout leur catalogue de chansons. Northern Songs était en effet détenu à 51 %, soit la majorité des parts, par Brian Epstein à travers sa société Nems. Sa famille, une fois ce dernier disparu, et leur éditeur Dick James, administrateur de Northern Songs depuis les débuts en 1963, décideront de vendre à l’empire Atv, en 1969, sans que les Beatles ne puissent rien faire. Un déboire qui aura aussi pesé de tout son poids dans l’ambiance délétère menant à la dissolution du groupe. C’est ce catalogue détenu par Atv que Michael Jackson rachètera pour 47,5 millions de dollars en 1985. La toute dernière session d’enregistrement des Beatles (sans Lennon) a lieu les 3 et 4 janvier 1970 avec le titre de George Harrison I Me Mine. En mars, à l’initiative d’Allen Klein, et avec les accords de John Lennon et George Harrisson, les bandes enregistrées en janvier 1969, ce qui deviendra l’album Let It Be, sont confiées Au producteur américain Phil Spector. Lequel ajoute chœurs féminins, arrangements de cordes, effets sonores à ces chansons qui devaient rester « brutes ». En entendant le résultat sur son titre The Long And Winding Road, Paul McCartney, qui n’a pas été consulté, pique une énorme colère. Il expédie une lettre adressée à Allen Klein chez Apple dont les derniers mots sont « Ne refaites plus jamais ça ! ». Cela ne retire rien Au succès de cet album publié le 8 mai 1970, et des chansons Get Back, Let It Be et The Long And Winding Road, toutes N°1 des deux côtés de l’Atlantique.

Le 10 avril 1970, peu de temps avant la sortie de Let It Be produit par Spector, Paul McCartney sort son premier album solo, McCartney, et annonce à travers un communiqué de presse (en fait, une « interview » où il fait les questions et les réponses) inséré dans les pressages « promotionnels » de son disque solo qu’il ne fait plus partie du groupe suite à des « désaccords sur les plans personnel, financier et artistique ». Il rompt donc lui-même le secret et s’attribue la séparation, ce qui aura le don d’outrer ses camarades. John Lennon ne lui pardonnera jamais cette attitude qu’il interpréte comme un simple coup publicitaire dans le but de faire vendre l’album McCartney. « Je n’avais pas l’intention que ce communiqué signifie que je quittais le groupe. C’est un gros malentendu. Quand j’ai vu les unes des journaux, j’ai juste pensé « Christ, qu’ai-je fait ? » Et maintenant, on y est. Je n’ai pas quitté les Beatles. Les Beatles ont quitté les Beatles, mais personne ne veut être celui qui dira que la fête est terminée », se justifie Paul à chaud. Ringo Starr déclarera de son côté : « Oui, j’étais dans les Beatles. Oui, nous avons fait des grands disques ensemble. Oui, j’aime ces gars. Mais c’est la fin de l’histoire. » « J’ai fondé les Beatles et je les ai dissous, c’est aussi simple que cela » dira plus tard John Lennon.

Lennon, McCartney et Harrison avaient dans leurs cartons un nombre impressionnant de chansons composées, pour certaines ébauchées et répétées en groupe, voire enregistrées, depuis le séjour en Inde et les sessions de l’album blanc, et non incluses dans les disques des Beatles. En 1970, George Harrison sort un triple album, All Things Must Pass puis organise le 1er août 1971 Au Madison Square Garden de New York le tout premier concert rock de charité, le Concert for Bangladesh, en faveur du Bengladesh avec Bob Dylan, Eric Clapton, Ravi Shankar, Billy Preston et l’ami Ringo Starr, encore un triple album live à la clé. Paul McCartney commercialise son premier disque solo au titre éponyme, puis Ram avant de fonder les Wings. John Lennon sort des singles engagés (Give Peace a Chance, Instant Karma !, Power To The People), un Live Peace In Toronto, suivi de l’album John Lennon/Plastic Ono Band, puis le très célèbre Imagine. Succès pour tous, à commencer par George qui signe le premier hit post-Beatles, My Sweet Lord. De son côté, John règle ses comptes avec Paul dans l’album Imagine avec le titre How Do You Sleep ? (« Comment dors-tu ? ») où il dit, à propos de son ex-ami : « The only thing You done was Yesterday » (« La seule chose que tu as faite c’était hier », jeu de mots entre « hier » et le titre de la chanson Nº1 en 1965) et « Those freaks was right when they said You was dead » (« Ces maboules avaient raison de dire que tu étais mort »).

Paul, lui, a estimé juste d’intenter fin décembre 1970 un procès à ses trois camarades afin de mettre un terme définitif à l’entité juridique Beatles, et surtout, dans son esprit, à empêcher le toujours manager du groupe, Allen Klein, de faire main basse sur l’argent qui continuait à couler à flots. Il répondra aussi à John dans le premier disque des Wings, Wild Life, fin 1971 avec la chanson Dear Friend : « Are you afraid or is it true ? » (« As-tu peur ou est-ce vrai ? »). Curieusement, lorsqu’il s’agira pour Paul et John de jouer, chacun de son côté, Au jeu du « qui a fait quoi ? » sur les plus de 200 titres cosignés Lennon/McCartney, ils se montreront globalement d’accord, à de très rares exceptions près, entre ce qui est à 100 % de l’un, à 100 % de l’autre, à 50-50, à 60-40 ou à 80-20. On offrira aux Beatles des millions de dollars pour qu’ils acceptent de reformer leur groupe. Ce qui apparaît impossible dans un premier temps devient plus envisageable dès lors que les différends, principalement entre John Lennon et Paul McCartney, sont aplanis. Mais John Lennon, revenu à son métier de musicien après cinq années de retrait de la vie publique, est assassiné à 40 ans, le 8 décembre 1980 par Mark David Chapman, un déséquilibré à qui il avait signé un autographe quelques heures plus tôt, Au pied de son appartement du Dakota Building à New York. Dès lors, George Harrison aura ce trait d’humour : « Les Beatles ne se reformeront pas tant que John Lennon sera mort ». Le plus jeune des Beatles décède à Los Angeles d’un cancer généralisé à 58 ans, le 29 novembre 2001.

Pendant les quatre décennies qui suivent leur séparation, les Beatles restent un groupe très populaire. En 1973, sortent les deux fameuses compilations, le Red Album (1962-1966) et le Blue Album (1967-1970). Sur les pochettes de ces doubles albums, les Beatles posent en 1963 dans les étages des locaux d’EMI (même image que sur leur premier disque, Please Please Me), et sont dans la même position en 1969 : c’est la photo qui avait été prise pour l’album Get Back en préparation Au début de l’année. Les compilations rouge et bleue atteignent des sommets en matière de ventes, permettant à toute une génération, celle qui succède aux « baby boomers » et était encore un peu trop jeune pour vivre la « Beatlemania », de découvrir leur musique à travers un choix de titres très judicieux. Ce sont les deux doubles compilations posthumes - parues après la dissolution d’un groupe - les mieux vendues du XXe siècle. Il en va exactement de même en 2000 avec une autre compilation, One, où figurent les 27 chansons des Beatles ayant atteint la première place des ventes entre 1963 et 1970, en Grande-Bretagne et aux États-Unis. Bien que cette compilation soit parue 30 ans après la séparation des Beatles, c’est l’album le plus rapidement écoulé de tous les temps (jusqu’à aujourd’hui) : publié le 13 novembre 2000, et vendu à 13,5 millions d’exemplaires dans le monde, dans son premier mois de commercialisation.

Entre-temps, sont publiés en 1988 deux disques que l’on peut considérer comme indispensables pour qui voudrait posséder la discographie complète des Beatles : les Past Masters, Volume 1 et Volume 2. Là, sont recensés toutes les faces A et B des 45 tours publiés entre les albums et qui n’y figuraient donc pas. Cela va de From Me To You et She Loves You à Don’t Let Me Down et The Ballad Of John And Yoko en passant par I Feel Fine, Day Tripper, We Can Work It Out, Paperback Writer, Rain, Hey Jude ou Revolution. Il y a également un album live, At the Hollywood Bowl, produit par George Martin, enregistré lors de concerts donnés à Los Angeles en 1964 et 1965, puis une compilation des prestations des Beatles sur la radio nationale britannique, « Live At The Bbc » en 1994. Mais le projet le plus important de ces années post-Beatles porte le nom d’Anthology. Il réunit Paul McCartney, George Harrison, Ringo Starr (qu’on surnomme pour le coup les « Threetles ») et leur producteur George Martin, de 1994 à 1996, pour trois doubles albums, un film (en fait, une série télévisée disponible aujourd’hui en coffret DVD) et un livre (traduit en français en 2000). Chaque double album, publié chronologiquement, propose des versions alternatives de leurs chansons, des « live » du début, des documents sonores rares, des prises différentes, des essais, des expériences — comme n’entendre que les violons d’Eleanor Rigby, ou que les voix de Because —, sans oublier deux nouvelles chansons des Beatles. Il s’agit Au départ d’enregistrements sur cassette de John Lennon Au milieu des années 1970, durant sa période de retrait de toute activité publique : Real Love et Free as a Bird, que Yoko Ono confie aux autres Beatles survivants pour qu’ils y ajoutent leurs voix et leurs instruments, le tout produit par Jeff Lynne.

Enfin, Paul McCartney prend sa revanche en 2003 avec le disque Let It Be… Naked (c’est-à-dire « nu ») qu’il fait publier avec l’accord donné juste avant la mort de George Harrison et celui de Yoko Ono. Débarrassé de toute la production de Phil Spector, permettant donc d’entendre ces chansons enregistrées en direct sans aucun ajout en studio, ce disque s’accorde avec le projet original. L’ordre des morceaux est modifié par rapport Au Let It Be de 1970 et Don’t let me Down de John Lennon y est inclus. Pour dramatiser l’objectif à la fois de retour aux sources et de simplicité voulue, sa pochette reprend les négatifs des photos de Let It Be et en noir et blanc. La version fait découvrir que les Beatles n’avaient à cette époque rien perdu de leur cohésion initiale, et avaient même, pour peu que le mixage fût bien fait, un son qui ne cédait rien en qualité et en simplicité à celui de leurs tout premiers albums. Le résultat fera dire à un critique américain, à propos de Phil Spector qui se débat Au même moment avec la justice dans une accusation de meurtre : « Après avoir entendu cet album [Let it Be… Naked], je me rends compte que Spector s’était rendu coupable de bien plus grave que le meurtre dont on l’accuse. » Pour finir, et une fois de plus sous la houlette de George Martin, aidé cette fois par son fils Giles, le disque Love] sort en novembre 2006. Il s’agit d’un « patchwork » de la musique des Beatles, fait de titres remixés et de « mash-up » (plusieurs chansons emmêlées) préparé Au départ pour le spectacle donné par le Cirque du Soleil Au Mirage de Las Vegas.

De plus, on attend toujours la remastérisation maintes fois repoussée de tous les albums des Beatles. George Martin devrait superviser l’opération. Les douze albums studios se verraient enfin dépoussiérés et « améliorés » par rapport à l’austère réédition CD de 1987. À ce jour, aucune chanson des Beatles n’est disponible en téléchargement légal. L’attente est également forte de ce côté. Le catalogue des Fab Four est un des derniers à ne pas être disponible sur les plateformes internet. Selon Paul McCartney : « Ça va bientôt se faire. Nous sommes prêts. Quelques points restent à régler mais cela devrait se résoudre assez vite. Je suis presque sûr que cela devrait se passer en 2008 ». L’ironie de cette affaire veut que le catalogue de chaque Beatle en solo -Paul McCartney, John Lennon, Ringo Starr et George Harrisson- soit depuis longtemps disponible.

Concernant la restauration, tant attendue par les fans, du film Let It Be, Paul McCartney et Ringo Starr s’opposent à ce que ce film soit à nouveau lancé sur le marché. En effet, les deux seuls membres des Beatles toujours vivants estiment que cette re-édtion n’apportera rien de plus Au public que de leur montrer le côté sombre de toute cette aventure. Ni l’un, ni l’autre ne seraient à l’aise avec l’idée de publiciser un film montrant les Beatles en train de se taper sur les nerfs les uns les autres. En résumé, il est fort peu probable que tout cela soit un jour diffusé, tout du moins du vivant de Paul et de Ringo.

Discographie

Discographie britannique

  • 1963 Please Please Me N°1
  • 1963 With The Beatles N°1
  • 1964 A Hard Day's Night N°1
  • 1964 Beatles for Sale N°1
  • 1965 Help! N°1
  • 1965 Rubber Soul N°1
  • 1966 Revolver N°1
  • 1967 Sgt. Pepper's Lonely Hearts Club Band N°1
  • 1968 The Beatles N°1
  • 1969 Yellow Submarine N°3
  • 1969 Abbey Road N°1
  • 1970 Let It Be N°1

Discographie américaine

  • 1964 Introducing… The Beatles N°2 Vee-Jay
  • 1964 Meet The Beatles! N°1 Capitol
  • 1964 The Beatles' Second Album N°1 Capitol
  • 1964 A Hard Day's Night N°1 Capitol
  • 1964 Something New N°2 Capitol
  • 1964 Beatles '65 N°1 Capitol
  • 1965 Beatles VI N°1 Capitol
  • 1965 Help! N°1 Capitol
  • 1965 Rubber Soul N°1 Capitol
  • 1966 Yesterday and Today N°1 Capitol
  • 1966 Revolver N°1 Capitol
  • 1967 Sgt. Pepper's Lonely Hearts Club Band N°1 Capitol
  • 1967 Magical Mystery Tour N°1 Capitol
  • 1968 The Beatles N°1 Apple
  • 1969 Yellow Submarine N°2 Apple
  • 1969 Abbey Road N°1 Apple
  • 1970 Let It Be N°1 Apple

Albums en spectacle

  • 1977 Live! at the Star-Club in Hamburg, Germany; 1962 — N°111
  • 1977 The Beatles at the Hollywood Bowl N°1 N°2
  • 1994 Live at the BBC N°1 N°3
  • 2013 On Air - Live at the BBC Volume 2 N°12 N°7

Compilations

Discographie britannique

  • 9 décembre 1966 : A Collection of Beatles Oldies *
  • 4 août 1967 : The Beatles' First *
  • 19 avril 1973 : 1962-1966 (The Red Album) et 1967-1970 (The Blue Album)
  • 10 juin 1976 : Rock 'n' Roll Music *
  • 19 novembre 1977 : Love Songs *
  • 2 novembre 1978 : The Beatles Collection (coffret de 14 albums, dont Rarities *, une compilation de faces B, de chansons en allemand et autres)
  • 11 mai 1979 : Hey Jude
  • 13 octobre 1980 : The Beatles' Ballads *
  • 29 mars 1982 : Reel Music *
  • octobre 1982 : The Beatles Mono Collection (coffret de 10 albums)
  • 18 octobre 1982 : 20 Greatest Hits *
  • 7 mars 1988 : Past Masters, Volumes 1 & 2
  • 5 décembre 1988 : The Beatles Box Set (coffret de tous les albums studio des Beatles + Past Masters 1 et 2)
  • 21 novembre 1995 : Anthology 1
  • 19 mars 1996 : Anthology 2
  • 29 octobre 1996 : Anthology 3
  • 13 septembre 1999 : Yellow Submarine Songtrack
  • 14 novembre 2000 : 1
  • 18 novembre 2003 : Let It Be... Naked
  • 15 novembre 2004 : The Capitol Albums, Volume 1 (coffret des quatre premiers albums américains)
  • 11 avril 2006 : The Capitol Albums, Volume 2 (coffret des quatre autres albums américains)
  • 20 novembre 2006 : Love
  • 9 septembre 2009 : The Beatles Stereo Box Set (coffret remastérisé de tous les albums studio des Beatles + Past Masters) et The Beatles in Mono (coffret remastérisé des 10 albums mono des Beatles + Mono Masters)
  • 20 janvier 2014 : The U.S. Albums (coffret remastérisé des 13 albums inédits américains incluant The Beatles' Story et Hey Jude)

Discographie américaine

  • 23 novembre 1964 : The Beatles' Story (disque documentaire)
  • 22 mars 1965 : The Early Beatles
  • 26 février 1970 : Hey Jude
  • 4 mai 1970 : In the Beginning (Circa 1960)
  • 2 avril 1973 : 1962-1966 et 1967-1970
  • 7 juin 1976 : Rock 'n' Roll Music *
  • 21 octobre 1977 : Love Songs *
  • 1er décembre 1979 : The Beatles Collection *
  • 24 mars 1980 : Rarities*
  • 27 octobre 1980 : Rock 'n' Roll Music Vol. 1 et Rock 'n' Roll Music Vol. 2 *
  • 22 mars 1982 : Reel Music *
  • 11 octobre 1982 : 20 Greatest Hits *
  • 7 mars 1988 : Past Masters, Volume One et Volume Two
  • 15 novembre 1988 : The Beatles Box Set *
  • 21 novembre 1995 : Anthology 1
  • 19 mars 1996 : Anthology 2
  • 29 octobre 1996 : Anthology 3
  • 14 septembre 1999 : Yellow Submarine Songtrack
  • 14 novembre 2000 : 1
  • 18 novembre 2003 : Let It Be... Naked
  • 16 novembre 2004 : The Capitol Albums, Volume 1 (coffret des quatre premiers albums américains)
  • 11 avril 2006 : The Capitol Albums, Volume 2 (coffret des quatre autres albums américains)
  • 20 novembre 2006 : Love
  • 9 septembre 2009 : The Beatles Stereo Box Set (coffret remastérisé de tous les albums studio des Beatles + Past Masters) et The Beatles in Mono (coffret remastérisé des 10 albums mono des Beatles + Mono Masters)
  • 21 janvier 2014 : The U.S. Albums (coffret remastérisé des 13 albums inédits américains incluant The Beatles' Story et Hey Jude)

Extended plays (EP)

  • 12 juillet 1963 Twist and Shout N°1
  • 6 septembre 1963 The Beatles' Hits N°1
  • 1er novembre 1963 The Beatles (No. 1) N°2
  • 7 février 1964 All My Loving N°1
  • 19 juin 1964 Long Tall Sally N°1
  • 4 novembre 1964 Extracts from the Film A Hard Day's Night N°1
  • 6 novembre 1964 Extracts from the Album A Hard Day's Night N°8
  • 6 avril 1965 Beatles for Sale N°1
  • 4 juin 1965 Beatles for Sale (No. 2) N°5
  • 6 décembre 1965 The Beatles' Million Sellers N°1
  • 4 mars 1966 Yesterday N°1
  • 8 juillet 1966 Nowhere Man N°4
  • 8 décembre 1967 Magical Mystery Tour N°2
  • 20 mars 1995 Baby It's You N°7
  • 12 décembre 1995 Free as a Bird 
  • 5 mars 1996 Real Love

Aux États-Unis

  • 23 mars 1964 Souvenir of Their Visit to America 
  • 11 mai 1964 Four by The Beatles N°92
  • 1er février 1965 4-by The Beatles N°68
  • 20 mars 1995 Baby It's You N°67
  • 12 décembre 1995 Free as a Bird N°6
  • 5 mars 1996 Real Love N°23

Singles

Au Royaume-Uni

  • 5 octobre 1962 Love Me Do / P.S. I Love You N°17
  • 11 janvier 1963 Please Please Me / Ask Me Why N°239
  • 11 avril 1963 From Me to You / Thank You Girl N°1
  • 23 août 1963 She Loves You / I'll Get You N°1
  • 29 novembre 1963 I Want to Hold Your Hand / This Boy N°1
  • 20 mars 1964 Can't Buy Me Love / You Can't Do That N°1
  • 10 juillet 1964 A Hard Day's Night / Things We Said Today N°1
  • 27 novembre 1964 I Feel Fine / She's a Woman N°1
  • 9 avril 1965 Ticket to Ride / Yes It Is N°1
  • 23 juillet 1965 Help! / I'm Down N°1
  • 3 décembre 1965 Day Tripper / We Can Work It Out
  • Double face A N°1
  • 10 juin 1966 Paperback Writer / Rain N°1
  • 5 août 1966 Yellow Submarine / Eleanor Rigby
  • Double face A N°1
  • 17 février 1967 Penny Lane / Strawberry Fields Forever
  • Double face A N°2
  • 7 juillet 1967 All You Need Is Love / Baby, You're a Rich Man N°1
  • 24 novembre 1967 Hello Goodbye / I Am the Walrus N°1
  • 15 mars 1968 Lady Madonna / The Inner Light N°1
  • 30 août 1968 Hey Jude / Revolution N°1
  • 11 avril 1969 Get Back / Don't Let Me Down N°1
  • 30 mai 1969 The Ballad of John and Yoko / Old Brown Shoe N°1
  • 31 octobre 1969 Something / Come Together N°4
  • 6 mars 1970 Let It Be / You Know My Name (Look Up the Number) N°2
  • 8 mars 1976 Yesterday / I Should Have Known Better N°8
  • 29 juin 1976 Back in the U.S.S.R. / Twist and Shout N°19
  • 30 septembre 1978 Sgt. Pepper's Lonely Hearts Club Band - With a Little Help from My Friends / A Day in the Life N°63
  • 25 mai 1982 Beatles Movie Medley / I'm Happy Just to Dance with You N°7
  • 12 décembre 1995 Free as a Bird / Christmas Time (Is Here Again) N°2
  • 4 mars 1996 Real Love / Baby's in Black N°4

Aux États-Unis

  • 23 avril 1962 : My Bonnie / The Saints
  • 25 février 1963 : Please Please Me / Ask Me Why
  • 27 juin 1963 : From Me to You (#116) / Thank You Girl
  • 16 septembre 1963 : She Loves You / I'll Get You (première parution)
  • 26 décembre 1963 : I Want to Hold Your Hand (#1) / I Saw Her Standing There (#14)
  • 25 janvier 1964 : She Loves You (#1) / I'll Get You (deuxième parution)
  • 27 janvier 1964 : My Bonnie (#26) / The Saints (deuxième parution)
  • 30 janvier 1964 : Please Please Me (#3) / From Me to You (#41)
  • 8 février 1964 : All My Loving (#45) / This Boy
  • 15 février 1964 : Roll Over Beethoven (#68) / Please Mister Postman
  • 2 mars 1964 : Twist and Shout (#2) / There's a Place (#74)
  • 16 mars 1964 : Can't Buy Me Love (#1) / You Can't Do That (#48)
  • 23 mars 1964 : Do You Want to Know a Secret (#2) / Thank You Girl (#35)
  • 27 mars 1964 : Why (#88) / Cry for a Shadow
  • 27 avril 1964 : Love Me Do (#1) / P.S. I Love You (#10)
  • 21 mai 1964 : Sie Liebt Dich (#97) / I'll Get You
  • 1er juin 1964 : Sweet Georgia Brown / Take Out Some Insurance on Me Baby
  • 6 juillet 1964 : Ain't She Sweet (#19) / Nobody's Child
  • 13 juillet 1964 : A Hard Day's Night (#1) / I Should Have Known Better (#53)
  • 20 juillet 1964 : I'll Cry Instead (#25) / I'm Happy Just to Dance with You (#95)
  • 20 juillet 1964 : And I Love Her (#12) / If I Fell (#53)
  • 24 août 1964 : Matchbox (#17) / Slow Down (#25)
  • 23 novembre 1964 : I Feel Fine (#1) / She's a Woman (#4)
  • 15 février 1965 : Eight Days a Week (#1) / I Don't Want to Spoil the Party (#39)
  • 19 avril 1965 : Ticket to Ride (#1) / Yes It Is (#46)
  • 19 juillet 1965 : Help! (#1) / I'm Down (#101)
  • 13 septembre 1965 : Yesterday (#1) / Act Naturally (#47)
  • 6 décembre 1965 : We Can Work It Out (#1) / Day Tripper (#5)
  • 21 février 1966 : Nowhere Man (#3) / What Goes On (#81)
  • 30 mai 1966 : Paperback Writer (#1) / Rain (#23)
  • 8 août 1966 : Yellow Submarine (#2) / Eleanor Rigby (#11)
  • 13 février 1967 : Penny Lane (#1) / Strawberry Fields Forever (#8)
  • 17 juillet 1967 : All You Need Is Love (#1) / Baby You're a Rich Man (#34)
  • 27 novembre 1967 : Hello, Goodbye (#1) / I Am the Walrus (#56)
  • 18 mars 1968 : Lady Madonna (#4) / The Inner Light (#96)
  • 26 août 1968 : Hey Jude (#1) / Revolution (#12)
  • 5 mai 1969 : Get Back (#1) / Don't Let Me Down (#35)
  • 4 juin 1969 : The Ballad of John and Yoko (#8) / Old Brown Shoe
  • 6 octobre 1969 : Come Together (#1) / Something (#1)
  • 11 mars 1970 : Let It Be (#1) / You Know My Name (Look Up the Number)
  • 11 mai 1970 : The Long and Winding Road (#1) / For You Blue (#1)
  • 31 mai 1976 : Got to Get You into My Life (#7) / Helter Skelter
  • 8 juin 1976 : Ob-La-Di, Ob-La-Da (#49) / Julia
  • 14 août 1978 : Sgt. Pepper's Lonely Hearts Club Band / With a Little Help from My Friends (#71) / A Day in the Life
  • 22 mars 1982 : Beatles Movie Medley (#12) / I'm Happy Just to Dance with You
  • 23 juillet 1986 : Twist and Shout (#23) / There's a Place (réédition)
  • 12 décembre 1995 : Free as a Bird (#6) / Christmas Time (Is Here Again)
  • 4 mars 1996 : Real Love (#11) / Baby's in Black

Pirates

  • 1988 : Live! Ticket To Ride/Live in Palais Des Sports (Stockholm, 24 octobre 1963, Paris, 20 juin 1965)
  • 1988 : Live in Japan (Nippon Budokan, Tokyo, 2 juillet 1966)
  • 1988 : Live in Adelaide and Houston - Texas (12 juin 1964, août 1965)
  • 1988 : Ultra Rare Trax Vol.1
  • 1988 : Ultra Rare Trax Vol.2
  • 1989 : Ultra Rare Trax Vol.3
  • 1989 : Ultra Rare Trax Vol.4
  • 1989 : Ultra Rare Trax Vol.5
  • 1989 : Ultra Rare Trax Vol.6
  • 1990 : Ultra Rare Trax Vol.7
  • 1990 : Ultra Rare Trax Vol.8
  • 1993 : The Complete Hollywood Bowl Concerts
  • 1994 : The Complete BBC Sessions sur 9 CD

Partager cet article

Repost 1

Commenter cet article

covix 03/11/2015 21:26

Je n'ai jamais été fan de ce groupe, bon, il y a quand même des morceaux que j'ai aimé.
@mitié