Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Rolling Stones Stories

Cuba. Mick Jagger à La Havane, la voilà la nouvelle ère

Cuba. Mick Jagger à La Havane, la voilà la nouvelle ère

Serait-ce pour préparer un prochain concert des Rolling Stones que le chanteur du groupe s’est rendu à Cuba les 3 et 4 octobre ? Les rumeurs vont bon train. D’autant que l’icône du rock représente, pour les Cubains, toute une culture qui leur a longtemps été interdite.

Mick Jagger à Pittsburg, aux Etats-Unis, le 20 juin 2015

Mick Jagger à Pittsburg, aux Etats-Unis, le 20 juin 2015

La visite de Mick Jagger les 3 et 4 octobre dans la capitale cubaine a eu les honneurs du quotidien officiel cubain. Gramma consacre tout un article au “voyage privé” du légendaire chanteur de rock, soulignant que le passage dans le centre historique de La Havane de Jagger et d’un de ses fils n’est pas “passé inaperçu”. Le quotidien cubain estime que la présence du chanteur sur le sol cubain est peut-être en rapport avec “un concert que pourraient offrir les Rolling Stones à Cuba” dans le cadre de leur tournée latinoaméricaine du printemps 2016.

Dans un éditorial intitulé “Cuba et le baiser de Mick Jagger”, la blogueuse cubaine Yoani Sánchez commente elle aussi cette visite dans son journal 14ymedio. Elle rappelle que les Cubains de sa génération n’ont jamais pu assister à un concert de Michael Jackson ou de Whitney Houston et que pendant longtemps, écouter de la musique en anglais était considéré comme une “déviation idéologique”.

Une incarnation de l’interdit

Jagger n’est certes pas la première star à se rendre dans “ce parc à thème passéiste qu’est La Havane” : les escapades passées de Beyoncé ou Rihanna ont aussi excité les foules, ajoute-t-elle. “Mais la présence de Jagger a des connotations plus profondes. Pour de nombreuses générations de Cubains, il représente l’interdit, une attitude face à la vie qui nous a été niée par un contrôle policier obsessionnel”. Elle poursuit : “Jagger est beaucoup plus qu’une légende vivante du rock comme le présentent les médias. […] Il incarne une époque qu’on nous a arrachée, une existence qu’on aurait pu avoir mais qu’on nous a enlevée”.

Et n’en déplaise aux analystes politiques de tout poil qui scrutent les signes de changements sur l’île, les visites de John Kerry ou du pape n’ont pour Yoani Sánchez pas autant d’impact que celle de Mick Jagger. Et elle conclut : “La nouvelle ère cubaine pourrait bien commencer avec les Rolling Stones à La Havane”.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article